Terrible AVC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Philippe Rivard et Josée Boudreault ont offert de... (photo Karine Dufour, fournie par ICI Radio-Canada télé)

Agrandir

Louis-Philippe Rivard et Josée Boudreault ont offert de touchants moments lors de leur passage à Tout le monde en parle.

photo Karine Dufour, fournie par ICI Radio-Canada télé

Joël Martel
Le Quotidien

CHRONIQUE / Je devais avoir huit ou neuf ans.

En fait, je pourrais aller vérifier pour vous donner l'heure juste, mais bon, imaginez-vous une version de moi en petit bonhomme sans barbe et avec plusieurs kilos en moins.

À l'époque, je vivais encore en haut de chez mes grands-parents sur la rue Price à Naudville.

Il faisait bon de vivre là, car chaque midi, quand j'arrivais à la maison, il y avait ce parfum de soupe ou de ragoût qui m'attendait en tournant le coin de la maison.

Puis, par un beau matin, ce sont des sonorités étranges qui nous ont réveillés.

J'ignorais la nature de ce que j'entendais, mais il était clair que ce n'était pas normal.

J'ai encore souvenir de ma mère qui était sortie rapidement de sa chambre et l'expression sur son visage laissait deviner une grande inquiétude.

Je ne me souviens plus trop si on est tous descendus en bas en même temps, mais quand je suis arrivé au rez-de-chaussée, il y avait ma grand-mère qui était là dans le couloir qui donnait sur sa chambre à coucher et surtout, il y avait son visage qui semblait tordu par une force invisible.

La pauvre dame tentait de nous parler, mais les sons qui sortaient de sa bouche étaient inintelligibles.

Ce qui s'est passé par la suite s'est déroulé très rapidement. Ma grand-mère a donc été transportée à l'hôpital et, quelques heures plus tard, ma mère m'apprenait que tout serait vraisemblablement sous contrôle.

Je suis allé lui rendre visite quelques heures plus tard et ma grand-mère faisait des blagues comme elle le pouvait et d'ici quelques jours, elle serait de retour sur ses deux pieds.

Mais au cours de la nuit, ma grand-mère a été la cible d'autres attaques et le lendemain, le premier jour du restant de sa vie débutait.

Une vie guère excitante, car une vie sous le signe de l'AVC à demeurer paralysée complètement d'un côté et à ne même plus pouvoir dire «je t'aime».

Maintenant, il faut savoir qu'à l'époque, cet acronyme ne faisait pas encore partie du savoir populaire.

Alors on m'a patiemment expliqué en quoi ça consistait et au fil des semaines qui ont suivi, j'ai vu les habitudes de ma famille être complètement chamboulées par ce revirement du destin.

L'âge avancé de ma grand-mère (à l'époque, on pouvait considérer ça comme un âge avancé) et les conséquences désastreuses des multiples crises dont elle avait été victime l'auront malheureusement empêchée de se rétablir et enfin, la mort aura fini par l'emporter après de longs mois d'anxiété et de silence.

Il y a quelques jours, je visionnais Tout le monde en parle et voilà que l'animatrice Josée Boudreault y était afin de partager son expérience depuis l'AVC dont elle a été victime en juillet dernier.

Évidemment, j'avais alors une pensée pour ma grand-mère, mais surtout, j'ai été extrêmement touché de l'entendre s'exprimer.

On chiale souvent comme quoi les célébrités tentent sans cesse de mettre de l'avant leurs épreuves afin de s'attirer la sympathie du public, mais dans un cas comme celui de Josée Boudreault, il faut se rendre à l'évidence. Non seulement sa sortie aura permis de faire connaître les signes précurseurs d'un AVC au grand public, mais en plus, son intervention a permis de démontrer que, grâce aux avancées scientifiques et médicales, il y a maintenant de l'espoir dans de telles situations.

Ici, il faut bien comprendre que chaque cas est unique, mais l'exemple de l'animatrice démontre qu'avec beaucoup d'amour et une montagne de détermination, il est désormais possible de se reconstruire et même de revenir plus fort qu'auparavant.

Saluons aussi le courage de son conjoint ainsi que celui de ses enfants, car dans de tels cas, c'est tout l'entourage d'un patient qui en souffre.

Enfin, j'en profite pour adresser à ceux et celles qui doivent vivre avec les conséquences d'un AVC mes plus sincères encouragements. Gardez espoir. Un jour, grâce à votre soutien, ceux et celles que vous aimez et qui souffrent présentement retrouveront enfin la parole et ainsi, ils pourront à nouveau vous dire: «Je t'aime»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer