La «blancheur»

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le passeport proposé par Alexandre Cloutier, qui serait...

Agrandir

Le passeport proposé par Alexandre Cloutier, qui serait remis à tous les immigrants et étudiants de 3e, 4e et 5e secondaire, serait en fait un crédit de 50 $ auprès «d'organismes, de marchands et d'événements culturels québécois accrédités».

Joël Martel
Le Quotidien

CHRONIQUE / Il y a quelques jours, Alexandre Cloutier annonçait que dans l'éventualité où il deviendrait chef du Parti québécois, ce dernier proposerait un «passeport culturel» de 50$ pour les étudiants de 3e, 4e et 5e secondaire et à tous les immigrants.

Évidemment, ceux et celles qui me connaissent très bien savent certainement que du moment où il est question de faire la promotion de la culture, je fais toujours partie de ces enthousiastes qui crient victoire.

Or, en jetant un oeil sur le texte de présentation de ce projet, j'ai remarqué un truc qui m'a légèrement fait grincer des dents. Voici l'extrait en question: «Moins de 5% des rôles principaux des émissions de fiction québécoises sont tenus par des comédiens des minorités visibles. La situation est semblable dans les théâtres de Montréal. Si l'on souhaite que les néo-Québécois s'intéressent davantage à la culture québécoise, ils doivent sentir qu'ils en font partie intégrante.»

Certes, pour la portion affirmant que les néo-Québécois doivent sentir qu'ils font partie intégrante à la culture québécoise, ça, je suis absolument d'accord. Et là, vraiment beaucoup.

Toutefois, c'est au premier segment de son affirmation que j'aimerais appliquer un bémol.

Oui, c'est bien vrai qu'on compte très peu peu de rôles dans les émissions de fictions québécoises qui sont destinées aux minorités visibles, mais ici, est-ce que cette problématique est vraiment liée à la solution proposée par Alexandre Cloutier?

Je pose la question, car quelques jours avant que le politicien n'ait annoncé son fameux projet, la comédienne Anaïs Damphousse Joly, qu'on a notamment pu voir dans la deuxième saison des Jeunes Loups et dans Toute la vérité, y allait d'une affirmation-choc à propos des Gémeaux par l'entremise de sa page Facebook.

Ainsi, la comédienne faisait savoir son désintérêt total quant à cette célébration de la télé, car celle-ci reflétait le fait que le sentiment d'appartenance des minorités ethniques était constamment ignoré au petit écran. Et à cet effet, comme la comédienne fait justement partie d'une minorité ethnique, disons qu'elle en connaît un rayon sur le sujet.

Parmi les points qui justifieraient cette troublante «blancheur» au petit écran, la comédienne a clairement dénoncé le manque d'imagination des scénaristes et producteurs. En effet, si ceux-ci ne font que voir la vie en blanc et blanc lorsqu'ils pondent leurs fictions, ça part déjà très mal pour ceux et celles qui ne sont pas de type caucasien et qui se cherchent un boulot de comédien.

Sinon, un autre point identifié et qui est révoltant dans tous les sens, c'est qu'on raconte que plusieurs producteurs et diffuseurs sont rébarbatifs à l'idée que des rôles principaux soient offerts à des minorités visibles, car cela pourrait heurter la sensibilité de plusieurs téléspectateurs en région. Ici, je ne fais que dire ce qu'on raconte entre les branches.

Et puis hop, pour revenir aux propos tenus par Anaïs Damphousse Joly, celle-ci dénonce aussi le fait qu'on préfère généralement cantonner les comédiens issus de minorités ethniques à des rôles de dernier ordre, genre la fille noire dans le décor qui boit une boisson gazeuse en textant.

Maintenant, je pose à nouveau la question: est-ce que le problème avancé par Alexandre Cloutier pourrait vraiment être réglé par sa mesure annoncée?

Permettez-moi d'en douter.

Mais qui sait? Peut-être que le passeport culturel favorisera une plus grande affluence des minorités ethniques lors d'événements culturels et que les créateurs et les diffuseurs réaliseront qu'il n'y a pas que des blancs au Québec?

Et puis sinon, j'ai un bon plan moi qui ne coûtera même pas un sou.

Vous savez, les rôles de père, de pompier, de policier, d'adolescent, d'étudiant, de premier de classe, de mère de famille, bref tous les rôles inimaginables? Eh bien, à moins que votre histoire ne mette en scène des animaux, tous les humains de la planète peuvent les jouer, et ce, peu importe leurs origines.

Alors, dites-moi, qu'est-ce qu'elle attend pour se déniaiser la télé?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer