La maison cool

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRONIQUE / Je ne sais pas si vous vous rappelez du film intitulé Les Goonies? (123rf)

Agrandir

123rf

Joël Martel
Le Quotidien

CHRONIQUE / Je ne sais pas si vous vous rappelez du film intitulé Les Goonies?

Oui oui, le film avec cette bande de gamins qui partait à la recherche d'un vieux trésor. Ça vous revient hein?

Maintenant, j'ignore si c'est mon imagination qui me joue des tours, mais j'ai de plus en plus l'impression que ma maison s'enligne pour devenir celle qu'on voit au début des Goonies, c'est-à-dire le lieu de rassemblement de tous les «kids» de cinq et six ans du quartier.

Pour vous dire vrai, les premiers jours, je trouvais ça très cool.

De un, j'étais très heureux pour mon garçon de constater qu'il n'avait pas de problèmes à se faire plein d'amis et puis de deux, comme la vie a décidé que nous devrions nous limiter à un seul enfant, eh bien, j'ai fini par me dire que c'était en quelque sorte une espèce de juste retour des choses que nous devenions le quartier général des enfants du quartier!

Mais bon, j'imagine que vous me voyez venir avec mon gros 18 roues et mes 8 remorques qui font beding-bedang, mais après quelques jours, cette situation qui nous amusait au départ est devenue une sacrée entreprise à gérer.

Tout d'abord, on a commencé à voir surgir des enfants qui étaient les amis d'un autre ami et dont nous ignorions complètement l'identité de leurs parents. Ici, vous me trouverez pointilleux, mais quand ils ont à peine cinq ou six ans, en ce qui me concerne, je juge que ce détail n'en est plus un et qu'en fait, il s'agit quand même d'une information importante.

Puis hop, à un moment donné, on a dû se transformer en agents de sécurité du genre: «Hey, on cogne et on attend qu'on ouvre avant d'entrer», «Hey, on ne fouille pas dans le frigo les amis», «Hey, quand vous sortez tous les jouets, il faut les ramasser avant de partir», «Hey, on ne met pas des nunchakus dans l'huile à friteuse (heureusement froide) pour ensuite les faire tournoyer dans l'entrée de la maison» et je pourrais continuer comme ça jusqu'à la section des petites annonces.

Et ça, c'est sans compter qu'il y a quelques jours, j'ai réalisé qu'un des enfants qui insistait sans cesse pour venir jouer à la maison n'avait peut-être pas finalement un problème d'élocution, car en réalité, il n'avait pas cinq ou six ans, mais bien seulement trois ans et demi!

Ici, j'ignore si c'est moi qui suis vieux jeu, mais dans mon monde à moi, un enfant qui n'a même pas quatre ans, tu ne le laisses pas traîner librement comme ça dans le quartier. Ce n'est pas un chat de gouttière à la fin.

Ah! et j'oubliais aussi ma pauvre chérie qui, à plusieurs reprises, a dû interdire à des enfants de se baigner dans la piscine, car en plus de ne pas avoir de flottes, ils affirmaient que leurs parents leur avaient dit de venir se baigner à la maison.

Je ne sais pas pour vous, mais disons que jusqu'ici, cette expérience de maison cool du quartier m'a complètement jeté par terre. En toute honnêteté, je me trouvais parfois un peu «permissif» en tant que parent, mais tout ça m'a fait réaliser que pour certains parents, leurs limites étaient plus qu'abstraites.

Et puis c'est plate à dire, mais si jamais il arrivait un incident ou un truc vraiment pas cool, j'imagine que malgré cette souplesse surréaliste de certains parents, ce serait nous qui serions responsables étant donné que ça se passerait ici sur notre propriété.

Alors hop, on a rapidement imposé nos limites et la maison cool est devenue pas mal moins cool. On a établi une espèce de liste VIP des amis qui pouvaient jouer dans la maison en se basant sur des critères assez évidents du genre: «Est-ce que je connais tes parents?», «As-tu l'âge que je juge nécessaire pour venir jouer ici?», «Es-tu du genre à tremper des nunchakus dans de l'huile à friteuse?», bref le strict minimum.

Évidemment, si je vous raconte tout ça, c'est que je suis bien curieux de savoir où elle est votre limite en tant que parents. Et puis enfin, rassurez-moi, mais est-ce que je suis normal de croire qu'on ne laisse pas un enfant de trois ou quatre ans errer dans le quartier comme ça sans surveillance?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer