Joël dans Les Belles-soeurs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Comme dans Les Belles-Soeurs de Michel Tremblay, notre... (Archives La Presse, courtoisie)

Agrandir

Comme dans Les Belles-Soeurs de Michel Tremblay, notre chroniqueur s'est mis à récolter les timbres à collectionner.

Archives La Presse, courtoisie

Joël Martel
Le Quotidien

CHRONIQUE / C'est pas mal comme tous les autres concours du genre.

Vous savez, vous achetez un truc au dépanneur et là, le gars ou la fille derrière le comptoir vous file des autocollants et un dépliant et chaque fois, vous faites la même chose.

En ce qui me concerne, j'y crois toujours la première fois.

Je garde mon dépliant avec mes trois premiers autocollants et je me vois déjà avec une nouvelle télé d'ici quelques semaines. Et puis deux jours plus tard, quand on me refile des autocollants, il arrive que j'aie encore le dépliant à portée de mains et vous savez quoi? Eh bien! J'y crois encore plus.

Mais la troisième fois, c'est généralement là où tout commence à s'écrouler. Je garde les autocollants ou les timbres ou les je-sais-pas-quoi-on-peut-vous-demander-de-collectionner et je me mens honteusement en me promettant que je retrouverai bien le dépliant.

Et c'est là que ça finit. Tu réalises assez rapidement que ton dépliant où étaient fièrement collés tes premiers autocollants a disparu et si c'est le dépliant que tu retrouves, les autocollants ont été absorbés par le néant. Alors chaque fois qu'on te remet tes autocollants, tu les regardes seulement pour voir si tu n'aurais pas gagné un prix instantané et après, hop dans la poubelle.

Eh ben! Vous savez quoi?

J'AI UN FILON DU TONNERRE POUR VOUS. C'EST PAS UNE BLAGUE.

Je m'explique: il y a un dépanneur qui fait partie de mon trajet quotidien et j'y arrête régulièrement pour faire les emplettes de fin de soirée. Par exemple, j'achète des chips, du Gatorade, du chocolat, du pain, etc.

Voilà donc que depuis quelques semaines, il y a justement ce genre de concours d'autocollants.

Sur le dépliant du concours, sous chaque lot, on peut voir trois mots et vous l'aurez deviné, pour le remporter, il faut justement compléter un de ces groupements de mots.

Vous devinerez donc qu'étant donné mon amertume quant à mes expériences du passé avec de tels concours, je me contentais de regarder si je n'avais pas gagné un lot et hop. Au diable le dépliant et le ramassage de petits timbres qui restent dans le fond de tes poches.

Or, voilà qu'un soir, il y a le commis, un très chic type, qui a immédiatement deviné mon désintérêt, et ce, bien malgré que j'aie tenté de simuler un certain enthousiasme lorsqu'il ma remis les timbres. Le gars m'a donc regardé dans les yeux et je sentais dans son regard que c'était quand même important ce qu'il allait me dire: «Regarde. Tout ce que tu dois savoir, c'est que si tu pognes le mot caribou, ben t'es en business mon ami. C'est le mot que tout le monde essaie de trouver. Une fois que tu l'as, il te reste juste à pogner les deux autres mots que tu pognes toutes les autres fois.»

BOUM.

Mine de rien, ça a changé ma vie. Pas au point que je devienne une tout autre personne, mais quand même. Là, chaque fois qu'on me remet ces petits timbres, j'ouvre la petite enveloppe avec une légère fébrilité et je me dis: «Joël, mais que ferais-tu avec le mot caribou, et c'est quoi que tu gagnes si tu as ce mot-là?»

Eh ben, j'ai finalement revérifié dans le petit dépliant, et puis c'est un Ford Escape 2016.

Ça fait que c'était ça mon filon. Je vais vous avouer qu'une fois que c'est écrit et qu'on relit ça, on fait comme par réaliser que finalement, ce n'était pas une si grosse affaire que ça. Que ça semblait bien plus capoté quand j'avais l'impression de détenir une information importante.

Je ne sais pas si c'est un peu comme ça que se sentaient ceux qui ont causé une vraie crise psychosociale et qui ont attendu tout l'été pour enfin révéler que finalement, ce n'était pas un pitbull qui avait tué la pauvre dame, mais un boxer.

Je ne sais pas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer