Le parapluie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRONIQUE / Il y a quelques jours, je prenais paisiblement ma marche comme tous... (Photo 123rf)

Agrandir

Photo 123rf

Joël Martel
Le Quotidien

CHRONIQUE / Il y a quelques jours, je prenais paisiblement ma marche comme tous les soirs lorsque j'ai réalisé un truc plutôt étonnant.

J'étais donc là à déambuler dans les rues tristement désertes d'Alma quand j'en suis venu à la conclusion qu'avec un peu d'effort, je pourrais facilement faire le compte total des fois où j'ai tenu dans mes mains un parapluie.

Vite comme ça, je me dois de vous avouer que tout ça peut sembler insignifiant, mais quand on y pense, c'est quand même fou de se dire qu'un truc aussi génial qu'un parapluie n'a pas tant la cote de popularité.

Je ne sais pas si vous ressentez la même chose lorsque vous utilisez un parapluie, mais quand bien même qu'on aurait en notre possession le parapluie le plus laid de la planète, à l'instant où le ciel commence à nous dégouliner sur la tête, j'ai cette impression que personne ne refuserait de changer de place avec vous.

D'ailleurs, j'aimerais bien en profiter pour remercier l'empereur Wang Mang, fondateur de la dynastie Xin. Maintenant, peut-être que c'est Wikipédia qui est dans les patates, mais si je me fie à cette encyclopédie en ligne, Wang Mang serait historiquement le premier utilisateur d'un dispositif s'apparentant au parapluie. Toujours selon Wikipédia, c'est lui-même qui l'aurait conçu au cours du premier siècle après Jésus-Christ. Cela dit, ça explique pourquoi Jésus ne tient jamais un parapluie dans une des fresques où il apparaît.

En résumé, le gars pouvait changer l'eau en vin et marcher sur l'eau, mais quand il pleuvait, il était aussi mouillé que tout le monde. Ou peut-être aussi que son aura était imperméable et qu'elle lui permettait de rester au sec. Ça, la Bible n'en parle pas à ce que je sache.

Sinon, puisqu'on est dans les hommages, j'aimerais aussi souligner l'apport très important d'un type nommé Jean Marius. Ce serait lui qui, au tout début du 18e siècle à Paris, aurait inventé le premier parapluie pliant.

Et puis si jamais vous vous questionniez à propos du génie qui a inventé le premier modèle à manche téléscopique, il faudra alors remercier l'Allemand Hans Haupt qui en a eu l'idée en 1930.

Maintenant, ça va peut-être vous sembler un peu con, mais lorsqu'on prend le temps de s'arrêter à l'historique du parapluie, on réalise ensuite qu'on est constamment entouré d'objets qui ont toujours fait partie de notre vie et que nous les prenons pour acquis sans même prendre en considération que quelqu'un quelque part a un jour décidé que c'était assez.

De fait, vous comprendrez qu'ici, je présume que Mang, Marius et Haupt ont tous un jour lancé une exclamation du genre: «Là, ça va faire!», pour ensuite s'installer à leur table de travail.

C'est probablement ce qui est arrivé aussi au Français Claverie Leon Bernard qui, quarante ans après l'invention de la boîte de conserve, s'est dit que ça serait peut-être pratique d'inventer un truc qui servirait à les ouvrir.

Je vous raconte tout ça et ça me fait penser à une discussion que j'ai eu récemment avec ce philosophe de Steeve Z à qui je disais à la blague que tout avait déjà été inventé.

À cette affirmation plutôt nihiliste, Steeve m'avait joyeusement répondu que dans l'éventualité où tout aurait été déjà inventé, il nous resterait toutefois à les réinventer.

Pour être franc avec vous, ça m'a pris quelques jours pour piger entièrement la puissance de cette réponse, mais j'ai fini par comprendre grâce à ce parapluie tout bousillé qui m'a accompagné lors de cette soirée pluvieuse.

Alors voilà, avis aux inventeurs, il vous reste encore à trouver comment fabriquer un parapluie téléscopique qui ne brise pas après la première utilisation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer