Histoire de chien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRONIQUE / C'est l'histoire d'un gars qui a toujours aimé les chiens. Puis,... (Photo: La Presse)

Agrandir

Photo: La Presse

Joël Martel
Le Quotidien

CHRONIQUE / C'est l'histoire d'un gars qui a toujours aimé les chiens. Puis, voilà qu'un jour, après avoir longuement rêvé à cela, il fait l'acquisition d'un berger allemand.

Il le nomme alors Dutch et le gars se voit déjà vieillir en compagnie de ce chien. D'ailleurs, c'est plutôt normal, car généralement, quand on prend la décision d'adopter un chien, ce n'est pas comme acheter un Joyeux Festin chez McDonald's. En d'autres mots, ça s'apparente pas pire à ce qu'on pourrait appeler un projet.

Évidemment, quand Dutch n'était qu'un chiot, on s'amusait tous à le regarder courir et découvrir son nouvel environnement. Et puis, bien que tout laissait croire qu'il aurait besoin d'un bon encadrement, on se disait qu'après tout, il se calmerait avec les années. Et là, «on» inclut la personne qui écrit. Parce que voyez-vous, le gars en question qui avait adopté Dutch, c'est mon beau-frère.

Dutch a ensuite suivi des cours de dressage et même s'il fallait parfois gueuler à deux ou trois reprises pour qu'il finisse par se ressaisir et qu'il écoute enfin les ordres qu'on lui lançait, on voyait bien que la pauvre bête semblait faire tout son possible pour être un bon chien. Il faut savoir qu'en bon berger allemand, Dutch était plutôt imposant. Non seulement il était costaud, mais ce chien avait beaucoup plus de chances de foutre la trouille à quelqu'un que l'humble narrateur de cette histoire.

Et puis hop, pardonnez-moi de ne pas être trop certain de la chronologie des événements, mais après quelques années, mon beau-frère a eu une adorable petite fille et dès son premier jour à la maison, Dutch a affectueusement veillé sur elle.

Ici, j'ignore si c'est arrivé avant ou après la naissance de ma nièce, mais par un beau jour, Dutch a bondi sur un vieil homme qui marchait dans la rue et lui a mordu la main.

Mon beau-frère n'avait pas pris la situation à la légère et c'est ainsi que Dutch a dû retourner à «l'école des adultes» pour chiens.

Au grand bonheur du maître de Dutch, la femme qui était chargée de le dresser était non seulement une grande spécialiste des bergers allemands, mais en plus, son amour hors du commun pour ces bêtes lui donnait toute la patience requise pour faire en sorte que Dutch devienne le meilleur des chiens.

Pendant un bon moment, tout le monde a bien cru que ce retour à l'école des chiens avait été bénéfique pour lui. Et puis la vie étant trop souvent une experte en ironie, voilà qu'en pleine crise psychosociale des pitbulls, Dutch a pété les plombs.

Un chien qui venait tout juste d'être opéré (je présume qu'il s'agissait d'une importante chirurgie, car le coût de celle-ci dépassait largement le cap du millier de dollars) en était à sa première sortie à l'extérieur et on ignore pourquoi il a fait ça, mais quand Dutch l'a vu passer devant son territoire, il a décidé de prendre la bête en chasse.

S'en est ensuivie une poursuite infernale entre les deux chiens dans le voisinage et quand leurs maîtres ont enfin pu repérer les deux bêtes, le chien qui venait d'être opéré était gravement blessé à la suite de l'attaque énergique de Dutch. Mon beau-frère a proposé au maître de l'autre chien de le dédommager, tout en s'engageant à prendre les mesures nécessaires pour qu'une telle situation ne se reproduise plus jamais.

Quand il a appelé la spécialiste des bergers allemands, celle-ci lui a dit avec toute la tristesse du monde qu'il n'y avait plus rien à faire pour Dutch. En effet, il semble que dans de très rares cas, certains chiens ont un tempérament s'apparentant un peu à celui d'un mâle alpha. Ces chiens doivent être occupés en tout temps et règle générale, ils sont très convoités par les forces policières, car leur profil est très difficile à trouver. Autrement, ils sont tout simplement indomptables.

Alors voilà, samedi matin, Dutch est parti. Ce qui m'a chamboulé dans tout ça, c'est qu'en bon père de famille, quand je retourne ça de tous les côtés, je me dis qu'il n'y a pas de morale ou quoi que ce soit dans cette histoire.

En fait, tout ce que je vois, c'est un chien mort que j'ai vu grandir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer