La disparition du magicien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRONIQUE / Je vous raconte ça, car il y a quelques jours, ma mère se... (Archives Le Soleil)

Agrandir

Archives Le Soleil

Joël Martel
Le Quotidien

CHRONIQUE / Je vous raconte ça, car il y a quelques jours, ma mère se remémorait mes premières années chaotiques en tant qu'adulte et puis hop, cette histoire farfelue m'est revenue en tête.

Évidemment, j'aurais pu vous pondre un truc très émouvant à propos de la fête des Pères, mais bon, gageons qu'une tonne de chroniqueurs et de chroniqueuses s'en chargeront avec plaisir.

Alors l'histoire que je vais vous raconter aujourd'hui se déroule vers 2003 dans un appartement ultra-merdique du centre-ville d'Alma.

Je vivais donc en compagnie de mon presque-frère, Pierre-David, et comme nous provenions de deux cercles d'amis différents, il arrivait souvent que je passais des soirées entières avec des types dont j'ai toujours ignoré le nom. Pierre-David lui, il était plus courtois et il prenait le temps de faire connaissance avec mes amis, mais à la fin, il lui arrivait très souvent de n'avoir aucune idée de qui était autour de notre table de cuisine.

Quand je vous dis que cet appartement était misérable, ce n'est même pas une façon de parler. Par exemple, quand on achetait du pain, il fallait le bouffer dans les 24 prochaines heures, car il y avait tellement de moisissure dans cet appartement, que même du pain frais du matin prenait une couleur verdâtre après une journée.

Et puis chaque fois qu'il pleuvait, il fallait disposer des seaux à divers endroits stratégiques pour y recueillir les chutes d'eau qui se faisaient un chemin à travers le plafond. Il y a avait même une de ces chutes d'eau qui était en quelque sorte un hommage à la défunte fontaine de la Petite Décharge, c'est-à-dire qu'elle coulait à travers le plafonnier de la cuisine.

Bref, à côté de notre appartement, une piquerie avait presque de la classe.

Voilà donc que par un bel après-midi, il y a ce gars qui est apparu à l'appartement et il voulait parler à Pierre-David. Comme il n'était pas là, j'ai dit au type d'entrer et de passer le temps avec notre bande en attendant.

Et puis hop, quelques heures plus tard, j'apprenais que le gars allait pieuter à la maison pendant la nuit et je crois même lui avoir désigné la petite pièce triste et froide où il pourrait dormir.

Ce qui était cool avec ce gars, c'est qu'il était magicien et à tout moment, il nous faisait un tour et chaque fois, nous étions tous bluffés.

Ç'a duré comme ça pendant quelques jours et puis après un certain moment, j'ai demandé à des fins strictement informelles à Pierre-David combien de temps il croyait que son ami allait squatter chez nous.

C'est donc à cet instant précis qu'on a réalisé que le magicien n'était ni l'ami de Pierre-David, ni mon ami.

Depuis quatre ou cinq jours, tout le monde qui passait nous rendre visite était convaincu que le magicien était l'ami de quelqu'un et pourtant non.

On a appris par la suite qu'au moment où le magicien était arrivé en ville, il avait demandé à quelqu'un au hasard s'il y avait des gens sympas dans la ville et le gars lui avait dit d'aller voir Pierre-David. Le reste de l'histoire, eh ben, vous la savez maintenant.

Le magicien est finalement disparu à la première heure au lendemain et on ne l'a jamais revu.

Ce qui est le plus étonnant dans tout ça, c'est que si je n'avais jamais habité dans cet appartement nucléaire, je n'aurais peut-être jamais rencontré ma blonde.

C'est elle qui m'a ensuite donné la chance d'aller m'installer dans un appartement sain (mais tristement minuscule) avec elle.

Et puis on a fait des projets et de fil en aiguille, on a fini par avoir un enfant.

Du coup, je suis maintenant papa et quand arrive la fête des Pères, je peux me dire que mon cadeau de la fête des Pères, c'est de ne pas vous inonder davantage avec une énième chronique sur la fête des Pères et ainsi, je peux profiter de l'occasion pour vous raconter des histoires de magiciens qui vont vivre chez des étrangers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer