Le destin déjoué d'Ann-Julie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les infirmières françaises venues pratiquer au Québec n'en... (123RF)

Agrandir

Les infirmières françaises venues pratiquer au Québec n'en peuvent plus de l'intransigeance qu'elles subissent ici pendant que leurs consoeurs québécoises sont accueillies à bras ouverts en France.

123RF

Joël Martel
Le Quotidien

CHRONIQUE / J'ai connu David au primaire. En fait, à l'époque, on l'appelait Martin-David, mais bon, fouillez-moi pourquoi, mais le Martin a fini par prendre le bord.

Ce qui m'avait le plus plu chez David, c'est que c'était un gars fondamentalement gentil.

On est rapidement devenu de bons copains et au fil du temps, sa famille m'avait apprivoisé.

Il faut savoir que c'était une maison qui grouillait de monde, car les parents de David hébergeaient des pensionnaires. Peut-être qu'ils s'étaient alors dit: «Qu'il y en ait un de plus ou de moins qui traîne ici, ça ne changera pas grand-chose.»

Et puis un soir, quand je suis allé rendre visite à David, il y avait la soeur de David qui était couchée sur le ventre et son père lui donnait de vives tapes sur le dos en suivant un rythme régulier.

Ce soir-là, j'ai donc appris ce qu'était du «clapping».

J'ai aussi appris du même coup qu'Ann-Julie, la soeur de David, souffrait de la fibrose kystique.

À cette déjà lointaine époque, cette maladie commençait à être de plus en plus connue en raison de la nièce de Céline qui en était atteinte.

J'ai encore souvenir qu'à ce moment-là, j'avais été étourdi par le destin qui guettait Ann-Julie.

En effet, les prévisions les plus optimistes de l'époque laissaient croire qu'avec beaucoup de chance, cette jeune fille arriverait peut-être à franchir le cap de la vingtaine.

Quand on a une dizaine d'années au compteur, on se dit donc que dans le meilleur des cas, on a déjà fait pas mal la moitié du trajet prévu. Soudainement, la vingtaine ne semble plus aussi loin.

Alors hop, la vie étant ce qu'elle est, nos destins ont fini par prendre des routes différentes et un jour, alors que j'étais justement dans la vingtaine, voilà que je suis tombé sur David. Maintenant, fouillez-moi pourquoi je me souviens de ce détail, mais bon, je sortais alors d'une cabine d'essayage dans un magasin de vêtements.

Anticipant avec une certaine anxiété la réponse de David, j'ai donc pris des nouvelles de sa soeur pour finalement apprendre qu'elle était en attente d'une greffe de poumons.

Voilà donc que pendant les quelques années où je m'étais perdu dans le néant, la science avait fait un bond considérable pour ainsi déjouer littéralement le destin d'Ann-Julie.

Aujourd'hui, Ann-Julie a dépassé le cap de la trentaine et elle a même deux enfants. Chaque fois que je vois passer des photos d'elle, je me dis: «C'est ça un miracle mon pote.»

Dimanche prochain donc, David marchera pour sa soeur, tout comme 8000 autres Canadiens qui prendront part à la «Marche CARSTAR, faites de la fibrose kystique de l'histoire ancienne».

L'objectif de cette marche: vivre dans un monde où la fibrose kystique n'est plus une maladie progressive qui abrège la vie.

Ouep, parce que ces histoires de progrès de la science et de greffes pulmonaires, c'est bien beau, mais ça ne guérit pas la maladie pour autant.

Maintenant, en ce qui concerne les cyniques de ce monde, on ne peut même pas avoir idée d'à quel point ce genre de campagnes peut avoir un impact positif pour ceux et celles qui sont touchés par cette maladie. Non seulement on sensibilise la population à cette maladie, mais avec les fonds recueillis, ceux-ci «seront investis dans la recherche innovatrice afin d'aider Fibrose kystique Canada à réaliser la prochaine percée médicale et à offrir les meilleurs soins qui soient aux personnes fibrokystiques.»

Il y a un peu plus de 20 ans, il n'y avait qu'une faible étincelle au bout du tunnel. Aujourd'hui, c'est une lueur qu'on peut apercevoir. Faisons maintenant en sorte qu'on puisse voir le soleil.

Ceux et celles qui souhaiteraient appuyer David dans sa cause peuvent directement se rendre sur sa page de financement et comme l'adresse Web est d'une longueur pas possible, une façon simple d'arriver à bonne destination est de chercher sur Google «marche carstar david desmeules».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer