Découvrir la forêt refuge

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRONIQUE / Je reviens d'un colloque intitulé «La forêt refuge», qui se... (Photo 123rf)

Agrandir

Photo 123rf

Nicole Huybens
Le Quotidien

CHRONIQUE / Je reviens d'un colloque intitulé «La forêt refuge», qui se déroulait en France. J'ai beaucoup appris, car dans l'expérience humaine du monde, la forêt est le lieu par excellence de toutes sortes de refuges choisis ou subis.

Je ne peux, dans le cadre d'une chronique, raconter toute la richesse et la diversité des conférences présentées lors de ces trois journées extraordinaires, mais j'en présente une synthèse qui peut-être vous donnera envie de lire le livre qui paraîtra bientôt.

Au Bénin, les îlots forestiers sacrés sont à la fois le lieu de résidence des esprits et l'endroit où l'on se réfugiait pour éviter l'esclavage. Au Cameroun, la forêt tropicale était un refuge pour se protéger de la brutalité de l'ordre colonial, elle est toujours le refuge des rêves déchus de l'Africain idéaliste. Au Vietnam, les Vietcong se dissimulaient le long de la piste Hô Chi Minh. Même si son tracé et la présence des tunnels montrent que c'est plus le relief que la forêt qui permettaient de se cacher, l'armée américaine a déversé massivement des défoliants sur cette forêt abri.

En Pologne, la forêt est un espace où l'on a lutté contre l'occupant russe pendant 123 ans. Elle offrait un couvert pendant les batailles, un moment de répit, un endroit pour cacher des armes. La forêt y est devenue le dépositaire de l'histoire de la nation, un refuge identitaire. En France, dans le «bois du Thouraud», on vient rendre hommage chaque année à ces jeunes hommes qui luttaient contre le nazisme: ils s'y étaient cachés et y ont été tués.

Aujourd'hui, les sans-abris du bois de Vincennes à Paris utilisent la couverture forestière pour construire des campements et vivre loin des regards.

L'anti-château

Et dans les récits contemporains de la légende que fut Robin des Bois, la forêt c'est l'anti-château, le lieu où l'on se regroupe pour penser et vivre la démocratie. Elle est le décor et le repaire pour construire un Nouveau Monde.

Depuis la nuit des temps et dans toutes les cultures, la forêt a aussi été un refuge spirituel. Les implantations monastiques dans les Carpates se trouvaient en dehors des routes principales, bien dissimulées dans des versants boisés de petites rivières pour faciliter le recueillement et la méditation.

Aujourd'hui, les humains utilisent les forêts pour guérir d'un trop grand stress, du tourbillon d'une vie trop trépidante qui fait chuter dans la maladie, comme en témoignait une femme chaman oeuvrant en Angleterre. Surprenante aussi est cette forêt refuge de la taïga russe, endroit d'exil et de prison pour les opposants au régime communiste. Être dans la taïga, aller en forêt, c'était un peu desserrer la contrainte pénitentiaire. Le travail y est moins pénible que dans les mines. Dans l'imaginaire, le mélèze de Dahurie qui traverse les plus rudes hivers est un symbole d'espoir pour les prisonniers contraints injustement à des travaux exténuants.

On a aussi parlé des bandes dessinées, ces moyens modernes d'expression de l'imaginaire où la forêt joue un rôle très important et encore des aires protégées d'Afrique qui ont introduit des transformations majeures dans la relation des habitants avec leur forêt dont ils sont maintenant exclus. Et puis les scouts, et puis j'en oublie...

Je pense aujourd'hui que nous n'associons pas assez symboliquement la forêt québécoise à l'histoire des liens tissés entre les Autochtones et les Blancs. Nous n'avons pas assez de lieux sacrés communs, jalousement entretenus et honorés année après année. Nous n'avons pas de lieux patrimoniaux pour raviver les souvenirs qui permettront aux générations prochaines de construire leur monde en évitant le pire et en s'appropriant le meilleur de ce que nous leur léguons.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer