Jouer en équipe contre le climat

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRONIQUE / Le rôle des chlorofluorocarbones (CFC) dans la destruction de la... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Claude Villeneuve
Le Quotidien

CHRONIQUE / Le rôle des chlorofluorocarbones (CFC) dans la destruction de la couche d'ozone a été démontré en 1978.

Je me souviens très bien, au début de ma carrière avoir donné des cours sur cette problématique. En 1987, moins de 10 ans plus tard, la communauté internationale réagissait en obligeant un bannissement progressif de ces gaz qui étaient utilisés comme agents moussants, comme gaz propulseurs dans les bonbonnes aérosol et dans les appareils de climatisation. À mesure que s'appliquait ce bannissement, la concentration des CFC s'est mise à diminuer dans l'atmosphère, mais, jusqu'en 2010 environ, le trou dans la couche d'ozone a continué à s'agrandir chaque année. En effet, il faut environ 70 ans pour que ces gaz très stables soient détruits dans la stratosphère. Mais depuis quelques années, on voit la couche d'ozone se rétablir et le trou se colmater. C'est une excellente nouvelle, car la couche d'ozone nous protège contre les rayons ultraviolets. C'est pourquoi on vous recommande d'utiliser des crèmes solaires pour protéger votre peau contre les coups de soleil.

Produits de substitution

Pour remplacer les CFC, l'industrie a proposé une autre famille de gaz, les hydrofuorocarbones (HFC). Ces gaz sont efficaces dans la plupart des usages qui étaient dévolus aux CFC, mais demandaient des modifications des appareils. À mesure que les appareils utilisant des CFC devenaient obsolètes, les HFC prenaient le dessus. Malheureusement, on a pris conscience que les HFC étaient de puissants gaz à effet de serre, en moyenne 3000 à 12 400 fois plus puissants que le CO2. Au début, leur contribution au réchauffement du climat était marginale, mais la situation a bien changé avec la généralisation des appareils de climatisation dans les automobiles, la multiplication des réfrigérateurs en Chine et en Inde qui a accompagné le développement de l'économie de ces pays émergents. L'utilisation des HFC s'est multipliée au point de devenir inquiétante. Les 500 000 tonnes de HFC relâchées dans le monde représentent presque l'effet d'un milliard de tonnes de CO2. C'est environ 2% du total des émissions de l'humanité. Et la tendance s'accentue. On pense qu'avec une croissance de 10 à 15% par année, la contribution des HFC se multipliera par 10 d'ici 2050.

Mesures intéressantes

Alertés par cette perspective, les pays signataires du Protocole de Montréal ont décidé de prendre le taureau par les cornes et de proposer un amendement au Protocole lors de leur prochaine réunion qui se tiendra en octobre à Kigali (Rwanda) afin d'engager un bannissement des HFC sur le même modèle que celui des CFC. Il s'agit d'une mesure très intéressante qui permettra de renforcer les objectifs de l'Accord de Paris sur le climat décidé en décembre dernier. En effet, si l'Accord de Paris vise à limiter la hausse de la température globale planétaire à moins de 2 degrés d'ici la fin du siècle, nous avons déjà engrangé plus de la moitié de cette augmentation et la partie est loin d'être gagnée. Il faudra des efforts massifs et soutenus, en particulier dans le domaine des transports, de la production d'électricité, de l'agriculture, de la gestion des matières résiduelles, des procédés industriels et de la déforestation. Bref le bannissement des HFC ne sera pas de trop!

Il est intéressant de voir que deux conventions internationales peuvent se renforcer l'une et l'autre et donner une cohérence à l'action des gouvernements et des industries pour atteindre des objectifs ambitieux. Le Protocole de Montréal a fait la démonstration de son efficacité. La partie n'est pas encore gagnée, mais si les gouvernements se mettent à agir de façon systémique, le pronostic est meilleur

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer