L'érosion, un problème complexe

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRONIQUE / C'est en été que l'on fréquente le plus le bord des lacs et des... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Claude Villeneuve
Le Quotidien

CHRONIQUE / C'est en été que l'on fréquente le plus le bord des lacs et des rivières. On appelle zone littorale la section du bord d'un cours d'eau qui peut être inondée ou découverte en fonction du niveau de l'eau. La berge, pour sa part, s'appelle zone riparienne. La zone littorale et la zone riparienne présentent de nombreux avantages pour les villégiateurs en raison de l'accès qu'elles nous donnent au plan d'eau pour diverses activités, baignade, pêche ou nautisme.

Dans certains cas, la berge est utilisable dans son état naturel, mais dans d'autres endroits, on doit y construire des infrastructures, quais, rampes de mise à l'eau, etc. Ces infrastructures empiètent sur la zone littorale. La proximité d'un cours d'eau et l'aménagement qu'on fait sur les berges et dans la zone littorale peuvent faire monter considérablement la valeur foncière d'une propriété. En revanche, l'érosion peut menacer les mêmes terrains pour un ensemble de raisons. Parmi les mécanismes physiques qui changent la configuration des zones riparienne et littorale, les processus d'érosion et de déposition des sédiments meubles sont particulièrement importants.

L'eau est un élément dynamique qui varie tout au long de l'année. En hiver, sa surface est gelée et reste immobile. Durant les autres saisons, l'eau est constamment en mouvement, par le jeu des courants, du vent ou du passage des bateaux qui génèrent des vagues. L'énergie contenue dans les vagues et les courants se dissipe lorsque l'eau vient frapper la berge. Selon que la nature du terrain soit plutôt meuble (sable, cailloux, tourbe ou argile) ou solide (roches ou rochers), l'eau rapportera avec elle les portions les plus fines du terrain. C'est ce qu'on appelle l'érosion. Une fois mis en mouvement, les particules seront transportées vers un autre lieu et se déposeront en fonction de leur granulométrie. Ainsi, les galets ont tendance à rester à proximité, alors que le sable fin peut être transporté sur des centaines de mètres ou plus et les microparticules d'argile ou de matière organique passent en solution et voyagent encore plus loin où elles formeront ultimement des sédiments lacustres ou marins. C'est le cycle érosion-déposition.

Selon le régime des précipitations et l'usage qui est fait du plan d'eau pour la production d'électricité par exemple, le volume de l'eau qui passe dans un cours d'eau occupera plus ou moins d'espace, ce qui en fait varier le niveau. Ainsi, les courants et les vagues pourront exercer leur effet érosif à différentes hauteurs selon le niveau. Ce processus est naturel et après quelques siècles, il s'établit une pente d'équilibre qui restera plus ou moins stable sauf lors de crues exceptionnelles. Le comportement d'un plan d'eau modèle donc sa zone riparienne et littorale au gré des cycles naturels et des activités humaines.

Partout au Québec, les gens s'installent sur les berges de lacs et des rivières pour la beauté et le calme des paysages, mais aussi pour pratiquer leurs activités favorites. Dans la région, nous sommes gâtés, mais de nombreux problèmes se posent à la coexistence des activités diverses que nous pratiquons sur les plans d'eau. On pense en particulier aux cas du lac Saint-Jean et du lac Kénogami qui font l'objet de débats par rapport à la coexistence de la production hydroélectrique qui a des impacts sur la pratique des activités de villégiature et sur l'érosion des berges. Mais c'est beaucoup plus compliqué qu'il n'y paraît.

Cet été, nous nous intéresserons à ces phénomènes, histoire de mieux comprendre le rôle des bandes riveraines, les causes de leur dégradation et les éléments qui nous permettent de contribuer à leur conservation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer