La vie de Sortilège

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sortilège... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Sortilège

Photo tirée de Facebook

Nicole Huybens
Le Quotidien

CHRONIQUE / Connaissez-vous Sortilège? C'est aujourd'hui un magnifique grand-duc d'Amérique dont l'histoire fait honneur à la gentillesse et au professionnalisme de quelques personnes dont la bienveillance touche les humains et les non-humains avec qui nous partageons la planète.

Deux poussins, dont Sortilège, avaient neuf jours quand l'arbre sur lequel se trouvait leur nid a été abattu. Le frère ou la soeur n'a pas survécu à l'accident.

Le 10 mai 2006, Sortilège s'est retrouvé au CIBRO, le centre de réhabilitation des oiseaux de Saint-Fulgence. Il n'avait pas encore ouvert les yeux sur le monde.

La première personne qu'il a vue était un humain. Par un mécanisme connu sous le nom d'«empreinte», cet humain est devenu comme son parent. C'est Konrad Lorenz, zoologiste autrichien qui a étudié cette mise en place définitive d'un lien particulier entre le déclencheur (voir sa mère pour une oie par exemple) et un comportement instinctif (suivre sa mère et apprendre avec elle tout ce qu'une oie doit savoir pour survivre dans la nature).

Dans la nature, Sortilège aurait vu ses parents et aurait appris avec eux les comportements de son espèce. Mais l'environnement dans lequel il a grandi n'a rien de son habitat naturel, le milieu urbain lui est beaucoup plus familier que la forêt. Il sera pour toujours inadapté à la vie sauvage, mais très heureux avec les humains, dont il n'a évidemment pas peur comme ses congénères sauvages.

Il est en pleine santé, mais ne pourra jamais être relâché, car il cherchera sans doute à vivre dans un environnement urbain et pas en forêt. Il se montrera agressif envers des humains qui pénètrent son territoire particulièrement lors de la saison de reproduction puisqu'ils sont comme des congénères. Il ne sait pas communiquer avec les autres oiseaux de son espèce, ne reconnaît pas les dangers du monde naturel, il ne pourrait pas se mettre à l'abri et il ne connaît pas les techniques de chasse propres à son espèce.

Au lieu de s'attaquer à ses proies naturelles: canards, oies, buses, souris, lièvres et même moufettes!), il s'attaquerait sûrement plus à des chats, des petits chiens ou des poules...

La réhabilitation d'oiseaux blessés a ses limites: nous ne pouvons pas nous comporter comme des oiseaux! On a remarqué au CIBRO par exemple, que les oisillons orphelins de plusieurs espèces ont de bien meilleures chances de survie une fois relâchés en nature lorsqu'ils ont grandi dans une volière en compagnie d'adultes de leur espèce, qui jouent alors pour eux le rôle de parents adoptifs ou à tout le moins de modèles.

Vers l'âge de 4 mois, Sortilège a chanté ses premiers «Hou Hou». Un jour, il a échappé à la vigilance de sa gardienne et s'est envolé vers une liberté à laquelle peut-être il rêvait. Mais sa fugue a été courte et il est revenu vers son refuge, là où se trouve son destin. Finalement, il y a pire sort que de se retrouver avec des faux parents humains qui pourvoient à sa santé en échange de quelques services moins éprouvants peut-être que la recherche nocturne de nourriture!

Sortilège est l'ambassadeur du CIBRO. Avec son regard hypnotisant, il sera présent lors du Festival de la bernache à Saint-Fulgence du 6 au 8 mai, car c'est sa fête cette semaine, il a 10 ans!

Pour aider d'autres oiseaux, il se fait parfois facteur: par exemple à l'occasion de la Saint-Valentin, vous pouviez faire livrer à l'élu de votre coeur un bouquet de fleurs et une carte de voeux livrée à domicile avec Sortilège.

Le CIBRO a une boutique en ligne (https://store7843079.ecwid.com) si vous souhaitez faire un don pour que d'autres Sortilège puissent vivre un destin heureux malgré un départ dans la vie pas tout à fait conforme aux plans de la nature.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer