Éviter la catastrophe

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Environ 80% de la consommation mondiale d'énergie est... (Photo 123RF/kuzma)

Agrandir

Environ 80% de la consommation mondiale d'énergie est d'origine fossile.

Photo 123RF/kuzma

 

Nicole Huybens
Le Quotidien

CHRONIQUE / Lors de la quinzième édition de l'événement éco-conseil à l'UQAC en janvier, les étudiants avaient choisi l'énergie comme thème de leur colloque annuel. La journée a été particulièrement désarmante, démotivante, stimulante et porteuse d'espoir en même temps!

Ce colloque nous a mis les yeux en face des trous comme on dit! Les réserves d'énergie de source fossile sont inégalement réparties dans le monde. Elles sont aussi très inégalement consommées et en demande croissante. Elles sont limitées et pourtant 80% de la consommation mondiale d'énergie est d'origine fossile.

Depuis à peine deux siècles, nous avons besoin de charbon, de gaz ou de pétrole pour tout: l'industrie, les villes, l'agriculture, les transports, etc., car l'énergie est devenue l'outil pour fabriquer tous les autres outils. La combustion des énergies fossiles est à l'origine de la grande préoccupation de notre temps que sont les changements climatiques. Pourtant, on peut à peu près être certain que les cibles de réduction des GES ne seront pas atteintes, même si elles ne sont pas très ambitieuses. Les énergies fossiles font l'objet de très lucratives transactions commerciales. Les réserves connues de pétrole seront épuisées dans 50 ans à peu près et toutes les réserves de l'Arctique, au rythme actuel de la consommation, permettraient de tenir 2,2 ans de plus...

À l'horizon 2035 et même si les énergies renouvelables se développaient, le charbon très abondant dans le monde devrait continuer à jouer un rôle prépondérant. L'approvisionnement et les réserves en énergie sont donc devenus un enjeu géopolitique majeur. D'ailleurs, j'ai lu sur une diapositive: «un recul de l'approvisionnement en énergie se traduirait par une sévère récession, l'échec de la mondialisation et le chaos».

Donc, si on continue à faire comme hier, on peut bien s'attendre à un effondrement civilisationnel: l'apocalypse de notre siècle. Pas de quoi remonter le moral en hiver! Vous comprendrez pourquoi je trouvais le colloque démotivant! 

Pourtant, toutes ces informations sont indispensables si on veut faire mentir les prévisions les plus pessimistes: elles sont basées sur un scénario du type «si rien ne change» et l'avenir n'est jamais écrit. Nous allons épuiser le pétrole de la terre et bouleverser le climat si nous ne parvenons pas à imaginer une société de l'après-pétrole, si nous n'organisons pas aujourd'hui notre résilience dans un monde qui nous paraitra chamboulé. Un autre monde, peut-être sens dessus dessous, mais peut-être pas pour le pire!

Serait-ce si dramatique de nous approvisionner plus localement, de revoir et de rationaliser nos déplacements, d'élire des représentants qui s'appuient sur les recommandations de la COP21 pour les dépasser? Serions-nous si malheureux si le transport devenait multimodal, plus électrifié, si nos bâtiments produisaient toute l'énergie qu'ils consomment? Serions-nous si démunis de voir bien fonctionner le marché du carbone? Est-ce un changement apocalyptique de demander aux industriels d'utiliser exclusivement l'électricité ici pour chauffer leurs bâtiments et d'engager des écoconseillers? Serions-nous malheureux avec des entrepreneurs créatifs qui veulent une prospérité plus responsable? Est-ce si difficile d'apprendre les gestes d'une autonomie collective: s'aider à réparer, partager des équipements, cultiver un jardin...

Préparer notre résilience comme si une catastrophe s'en venait pour qu'elle n'arrive pas... c'est le message des plus optimistes des conférenciers de cette journée et c'est celui-là que je veux retenir! Car parfois, il suffit d'un pas grand-chose pour faire prendre une autre trajectoire à un système qui tourne en rond.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer