Les priorités pour Paris

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Les organisateurs de la Conférence de Paris sur... (Photo Agence France-Presse)

Agrandir

Les organisateurs de la Conférence de Paris sur le climat mettent la touche finale, tandis que des policiers patrouillent.

Photo Agence France-Presse

 

Claude Villeneuve
Le Quotidien

Les quinze dernières années ont été marquées par une dégradation de l'image internationale du Canada dans les négociations en environnement à l'échelle internationale.

Vous avez bien lu! Cette dégradation a été amorcée sous le gouvernement libéral de Jean Chrétien et par la suite, les conservateurs ont accéléré le mouvement de saccage. En novembre 2001, je participais à la septième réunion de la convention climat à Marrakech au Maroc. Le Canada y avait remporté le prix «Fossile du jour» décerné par les ONG environnementalistes aux délégations des pays les plus rétrogrades dans la négociation. Nous rejoignions donc le groupe poisseux de l'Arabie saoudite et des États-Unis de Georges W. Bush pour ne plus en sortir. À chaque année depuis, nous avons décroché le discutable trophée.

Le Canada vient d'élire un nouveau gouvernement qui a promis du changement. Un des premiers défis du nouveau premier ministre sera de donner des signes que cette promesse n'est pas que de la poudre aux yeux. Confortablement installé avec une majorité solide pour les quatre prochaines années, Justin Trudeau ne pourra pas tout faire dans les premiers six mois, mais il a l'occasion dès la Conférence de Paris de donner un message non équivoque de sa volonté de faire les choses autrement.

Je participe depuis un peu plus d'un an aux travaux d'un collectif de scientifiques et de professeurs d'université provenant des dix provinces canadiennes sous la direction du professeur Catherine Potvin de l'Université McGill. Ce groupe «Dialogue pour un Canada vert» a publié en mars dernier une série de dix recommandations pour réduire d'ici 2050 les émissions de gaz à effet de serre du Canada de 80% (http://biology.mcgill.ca/unesco/index_fr.html). Cet effort, en apparence immense, pourrait se faire sans impact économique négatif. De toutes façons, c'est la trajectoire sur laquelle le Canada devra s'aligner s'il veut contribuer à l'effort mondial pour maintenir l'élévation de la température globale sous la limite de deux degrés.

Notre regroupement a adressé au premier ministre une lettre identifiant trois priorités pour le Canada à la Conférence de Paris: d'abord il faut que le gouvernement fédéral rassemble l'ensemble des engagements de réduction et des cibles décidées par les provinces et les grandes municipalités pour conforter son engagement de réduire de 30% ses émissions en 2030 par rapport à 2005. En effet, la cible qui avait été décidée pour le Protocole de Kyoto n'a jamais été solidement étayée et le suivi des mesures n'a été fait par aucun des gouvernements canadiens qui se sont succédés depuis 1997.

Il faut aussi que le Canada paie immédiatement les fonds promis au Fonds vert pour l'adaptation des pays les plus vulnérables, c'est-à-dire 7,90$ par citoyen canadien. Jusqu'à maintenant, ces promesses sont restées des promesses. Le minimum qu'on puisse souhaiter c'est que les bottines suivent les babines! En comparaison, des pays comme la France se sont engagés à donner deux fois plus que le Canada, alors que les pays scandinaves se sont engagés à sept fois plus. Selon les disponibilités budgétaires, ce serait une bonne idée de s'approcher du niveau de contribution des leaders en la matière.

Il faudrait enfin que le Canada indique à la communauté internationale et aux citoyens canadiens comment il va intégrer la lutte aux changements climatiques dans la gouvernance du pays. On suggère par exemple de créer un comité chargé du développement durable avec des responsabilités transversales interministérielles capable d'assurer la coordination avec les provinces et municipalités.

On jugera l'arbre à ses fruits, mais si le nouveau gouvernement canadien donnait suite à ces recommandations, on pourrait croire qu'un réel vent de changement s'est levé. Une éolienne avec ça?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer