Réussir sans faute

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
 

Claude Villeneuve
Le Quotidien

Cette semaine, à l'Université Concordia de Montréal se déroulait le 82ème congrès de l'ACFAS. Cet événement annuel faisait place à un colloque d'une durée de deux jours organisé par le Centre interuniversitaire sur l'opérationnalisation du développement durable (CIRODD), un regroupement de chercheurs dont fait partie l'équipe de la Chaire en éco-conseil. Depuis plus de 30 ans que je fais la promotion de ce concept est-ce qu'on a vraiment fait des progrès vers la durabilité ? La question mérite d'être posée.

J'ai eu la chance d'étudier le concept de développement durable avec les gens qui l'ont imaginé. Leur perspicacité et leur esprit critique m'ont obligé à reconsidérer ce que je croyais acquis, à casser mes certitudes et à questionner celles des autres pour reconstruire, au-delà de la catastrophe annoncée un autre possible. Le développement durable est en effet porteur d'une nouvelle éthique qui postule que nous pouvons vivre mieux entre nous et avec la Nature, et cela aussi longtemps que l'humanité se définira comme telle. Comme le qualifiait Francesco di Castri, c'est un bricolage construit dans la diversité, à partir de l'existant. Il est pragmatique et orienté sur des résultats mesurables, tout en poursuivant des objectifs qui évoluent dans le temps et avec les valeurs des sociétés. Mais comment peut-on rendre ce concept opérationnel ?

Le colloque a permis de présenter plusieurs outils. La grille d'analyse de projets que nous avons développée à la Chaire en éco-conseil et qui a servi dans l'analyse de projets comme la Mine Arnaud à Sept-Îles, dans le projet d'analyse du programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean et surtout dans le projet pilote de la Francophonie pour former des experts des pays africains a fait l'objet de beaucoup d'intérêt. D'autres outils comme l'écologie industrielle et le dialogue éthique ont aussi été présentés lors du colloque. Plusieurs membres de la Chaire en éco-conseil étaient conférenciers et ont démontré combien notre équipe se trouvait à la fine pointe de la recherche dans la mise en oeuvre du développement durable.

Il est très intéressant de constater la volonté de tous les participants de faire atterrir concrètement le concept. Idée généreuse formulée il y a plus de 40 ans, le développement durable n'est plus une option pour l'humanité. Dans le contexte actuel où la société de l'information se superpose à la société industrielle sans encore s'y substituer, l'idée traditionnelle d'une croissance matérielle toujours accélérée est devenue obsolète et dangereuse. Les indicateurs de l'inadéquation entre la volonté du développement humain, les limites de la biosphère et la répartition inéquitable de la richesse laissent présager un échec à court terme du modèle dominant. Il faut donc appliquer un nouveau mode opératoire pour satisfaire les multiples besoins humains de manière plus équitable et dans le respect des limites d'adaptation des systèmes naturels. Cette transition doit se produire à tous les niveaux, du choix des sources d'énergie à la gestion des matières résiduelles. De l'éducation à la sécurité publique, de la culture à la justice chacun doit se remettre en question vers une plus grande sobriété et un élargissement du partage. Et il faut surtout mieux connaître le système dans lequel nous vivons, à la fois par les sciences de la nature et le génie que par les sciences sociales et humaines.

La formation en éco-conseil, qui accueillera à l'UQAC sa quatorzième cohorte d'étudiants cet automne est un programme qui outille ses diplômés pour appliquer le développement durable dans leur travail, que ce soit au sein des ministères, des entreprises ou des collectivités. De plus, l'UQAC offre des programmes courts destinés à des professionnels en exercice qui feront avancer les choses dans leurs fonctions. On peut en savoir plus en consultant http://synapse.uqac.ca. Pour répondre à la question, il faudra beaucoup plus de monde formé à rendre le développement durable opérationnel pour en voir concrètement les bénéfices. o

Claude Villeneuve remet son cachet au fonds de développement de l'UQAC

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer