L'important, c'est de gagner

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
«J'ai tendance à m'inscrire si le concours est... (123RF)

Agrandir

«J'ai tendance à m'inscrire si le concours est en papier, tandis que sur Internet, bof, je ne perds pas souvent mon temps avec ça.»

123RF

Catherine Doré
Le Quotidien

CHRONIQUE / J'ai toujours trouvé étrange de participer à des concours. On donne toutes nos informations personnelles sur un bout de papier, on le met dans un baril dans l'espoir de gagner, et... et quoi au juste ? On n'en entend plus jamais parler la plupart du temps !

Je ne vous parle pas des concours Facebook. Là, c'est encore pire. J'en vois des dizaines défiler tous les jours, tous plus louches les uns que les autres. « Cette Ferrari n'avait pas de tapis Sauve-pantalon lorsque le concessionnaire l'a reçue, c'est pourquoi nous la faisons tirer ! Il ne suffit que d'aimer la page, inscrire votre numéro d'assurance sociale, le nom de votre mère et votre pointure de souliers ! » Pourtant, ces mêmes concours ont des milliers de réponses et de partages ! Allez savoir !

Quelqu'un m'a déjà dit que, souvent, pour les concours à la télé, ils reçoivent des tonnes d'inscriptions lorsque ce sont des prix banals, mais ils peuvent n'avoir qu'une poignée de répondants quand les prix sont énormes, comme des voyages, par exemple. C'est un peu comme si tout le monde se disait : « le prix est tellement gros, il va y avoir beaucoup trop de participants, je n'ai aucune chance ! Je vais m'inscrire pour cet ouvre-boîte à la place, c'est plus réaliste ! » Résultat : personne ne participe.

Il y a des élections qui se sont perdues pour moins que ça !

Au moins, les concours ont le mérite de faire rêver. C'est comme la loterie. On sait que nos chances sont minimes, mais on ne peut pas s'empêcher de penser que « ça ferait ben si on pouvait gagner ça »...

J'ai tendance à m'inscrire si le concours est en papier, tandis que sur Internet, bof, je ne perds pas souvent mon temps avec ça. Le papier, c'est plus tangible, pas vrai chers lecteurs ? On se dit qu'on a plus de chance, étant donné que le concours reste bien souvent local. Le pire, c'est qu'on a tous notre technique pour plier ledit bout de papier. Certains le froissent, d'autres vont le plier en deux, d'autres vont le laisser tel quel et, mon préféré, certains vont rabattre un coin au milieu, de manière à former une sorte d'étoile difforme. De l'origami pour les malhabiles.

Est-ce que ça marche ? Absolument pas, si je me fie à mes « performances » passées, mais hey ! À chacun son TOC !

N'empêche, on connaît tous quelqu'un qui est plus chanceux/chanceuse que les autres, qui gagne chaque fois qu'il ou elle (ouf, on dirait un communiqué écrit par un politicien ou un syndicat !) inscrit son nom quelque part. Toujours les mêmes à gagner les prix du club social du bureau, le panier-cadeau à l'épicerie, les billets à la radio ou qui tombe sur une carte pleine au bingo ! On les jalouse dans notre petit coeur, parce que « ça aurait tellement ben fait si on avait pu gagner ça »... Pierre de Coubertin peut bien laisser faire, l'important c'est de gagner dans la vie !

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer