La techno des Baby-boomers

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
«»J'aurais dû me douter que pour ma mère,... (123RF)

Agrandir

«»J'aurais dû me douter que pour ma mère, utiliser Internet pour transférer de l'argent est quelque chose d'un peu moins inné.»

123RF

Patricia Rainville
Le Quotidien

CHRONIQUE / J'ai fait vivre des sensations fortes à ma pauvre maman cette semaine. Non, je n'ai pas eu d'accident ni reçu un diagnostic d'une maladie incurable. Je ne suis pas disparue de la carte durant des jours et je ne lui pas annoncé que je partais dans un pays étranger pour me marier avec un inconnu. Je lui ai fait un virement bancaire via Internet. Tout simplement.

Je devais lui envoyer un chèque, mais je ne suis pas la personne la plus assidue question courrier. Donc, je me suis dit que ce serait nettement plus simple d'envoyer le tout via le web. Ça ne prend que deux minutes et le montant est transféré comme par magie d'un compte à un autre, peu importe l'institution bancaire. Rien de plus simple.

J'aurais dû me douter que pour ma mère, utiliser Internet pour transférer de l'argent est quelque chose d'un peu moins inné. Mais, pour les gens de ma génération, les chèques sont un moyen de paiement quelque peu dépassé, voire archaïque.

Pour revenir à mon histoire de virement bancaire, j'ai dû expliquer à ma chère maman qu'elle recevrait un courriel de ma part et qu'elle n'aurait qu'à sélectionner son institution et répondre à une question secrète. Je lui ai même donné au préalable la réponse, histoire de ne pas compliquer davantage la situation. Et je vous avoue que je m'en voulais un peu, lorsque j'ai constaté que la tâche semblait bel et bien stresser ma pauvre maman. Finalement, comme vous vous en doutez sûrement, le virement a connu un vif succès et tout était revenu à la normale 10 minutes plus tard. Mais non sans peine, puisqu'elle m'a avoué être encore sur les nerfs après la transaction, mais tout de même ravie d'avoir réussi.

Ouf, par chance que je n'ai jamais été une adolescence droguée, rebelle et fugueuse. Elle ne s'en serait sans doute pas remise.

Trêve d'exagération, ça m'a toujours fait sourire, les personnes un peu moins habiles avec la technologie. Mais ça m'a aussi fait soupirer, à certaines occasions. Le problème, c'est que j'oublie que ce n'est pas tout le monde qui a grandi avec des écrans, que ce soit de tablette, d'ordinateur ou de cellulaire. Et même si c'est le cas, suivre l'évolution de la technologie ne semble pas être une mince affaire.

Prenez mon père, par exemple. Il a été informaticien toute sa carrière à l'Alcan. Mais retraité depuis quelques années, il se dit aujourd'hui complètement dépassé par les technologies. Il va peut-être m'en vouloir de le dire publiquement comme ça, sans crier gare, mais il a un peu de difficulté à gérer ses notifications Facebook. Il y a quelques mois, lorsque mon chum lui a envoyé une demande d'amitié Facebook, ça lui a pris des semaines avant d'accepter. Assez pour qu'on en vienne à s'inquiéter de la situation. Mon père le boudait-il ? Pourquoi ignorait-il sa demande ? J'ai dû intervenir, histoire de ne pas créer de malentendu. Bon, j'avoue que je suis du genre à me faire 1000 scénarios, mais quand même. La demande d'amitié Facebook est une étape si importante !

Imaginez-vous donc qu'il ne s'en était simplement jamais rendu compte... Et dire qu'il a travaillé durant des mois sur le fameux Bogue de l'an 2000 !

Mais ne vous inquiétez pas. Je les adore mes parents. Même s'ils sont un peu poches avec la technologie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer