Je vois un steak

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
«Je ne peux pas dire que je me... (123RF)

Agrandir

«Je ne peux pas dire que je me suis déjà questionnée sur les répercussions éthiques de manger de la viande. »

123RF

Catherine Doré
Le Quotidien

CHRONIQUE / Dans ma famille, du côté de ma mère, il y a toujours eu des chasseurs. Des bons et des moins bons, mais ne comptez pas sur moi pour vous dire lesquels...

Donc de la viande d'orignal, ça fait longtemps que j'en mange. J'ai vu des orignaux sous toutes les formes, debout, au loin, mais aussi couchés...ou en quatre morceaux ! 

Pour moi, ça a toujours été aussi naturel que d'acheter du boeuf à l'épicerie. Sauf peut-être qu'on se vante moins souvent du fait d'avoir débusqué du jambon cuit dans une boucherie.

Je dis ça comme ça, parce que quiconque connaît un chasseur a entendu au moins un milliard de fois l'histoire de la fois où l'orignal ne voulait pas sortir depuis 2 h, mais que... Bref, c'est un autre débat.

Je ne peux pas dire que je me suis déjà questionnée sur les répercussions éthiques de manger de la viande. Je comprends que côté environnement, l'élevage demande une quantité incroyable, l'enfer même, d'eau potable par rapport à une pomme de salade.

Côté santé aussi, on se rend compte que la viande rouge, c'est pas le top côté digestion, cholestérol et autres. Et honnêtement, qui respecte vraiment les recommandations de portions du Guide alimentaire canadien ? Si personne ne répond, c'est que les seuls crinqués qui le font sont encore en train de peser leurs ingrédients du souper de vendredi soir...

Pour ces raisons, et parce qu'il existe une foule de recettes trippantes de nos jours, j'ai naturellement diminué ma consommation de viande rouge.

Pas pour protéger les animaux. Comprenez-moi, j'admire vraiment les gens qui choisissent le végétalisme pur et dur. Ça mes amis, ça veut dire pas de viande, de lait, d'oeuf ou de fromage, soit tout ce qui exploite les animaux. Il faut du courage pour jongler avec sa diète et les repas de famille comme ça.

Il en faut encore plus pour faire une croix sur les petites saucisses dans le bacon et se contenter du cure-dent !

Je ne suis pas l'amie des animaux, je crois même l'avoir déjà écrit ici. Quand je vois un steak, je ne vois pas une partie d'un boeuf qui aimait se promener dans les champs et sentir le doux souffle du vent sur son dos. Je vois un steak. Je dois être la réincarnation d'un loup ou quelque chose du genre...

Mais peut-être que je devrais faire un effort, peut-être que je devrais éliminer la viande. Il y a quand même d'autres moyens d'avoir du fun. Prenez les hot-dogs. Techniquement, ça ne contient pas vraiment de la viande, non ? Voyez comme c'est simple !

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer