Arrêtez avec vos résolutions!

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRONIQUE / C'est le 31 décembre! La dernière journée de cette horrible année... (123rf)

Agrandir

123rf

Catherine Doré
Le Quotidien

CHRONIQUE / C'est le 31 décembre! La dernière journée de cette horrible année 2016!

Que se multiplient les poignées de mains et les souhaits de joie, bonheur, santé et succès dans vos études!

C'est cette période bénie de l'année où les gens se font accroire qu'ils vont profiter d'un lendemain de party arrosé pour changer de style de vie. Messemble.

Ce n'est pas méchant, c'est simplement ce qui arrive chaque fois: «Cette année, je vais manger plus de plats faits maison... mais demain, parce qu'aujourd'hui, ça ne me tente pas...»

Je pense aussi aux fumeurs, dont plusieurs tenteront d'écraser en janvier. (Les fumeurs sont encore malheureusement trop nombreux, selon mon opinion très personnelle, et je suis plutôt mitigée vis-à-vis des soi-disant vertus de la cigarette électronique.)

Chers fumeurs, je suis avec vous de tout coeur si vous souhaitez arrêter, sincèrement. Mais si vous trouvez toujours plaisir à fumer avec une loi qui vous force à vous tenir à neuf mètres de toute porte par grands vents à -30 °C, une autre qui vous empêche de fumer dans les lieux publics et les terrasses, des paquets avec des images plus répugnantes que les pires films d'horreur et des produits plus difficiles à acheter que de la drogue dure, je me dis que ce n'est pas le chiffre 1 sur un calendrier qui va changer quelque chose.

Mais je suis avec vous, promis.

Les résolutions, vous l'aurez deviné, ce n'est pas trop mon fort. Je ne crois pas avoir déjà choisi consciemment de changer un truc le 1er janvier. L'an dernier, j'ai décidé de recommencer à m'entraîner. Je suis allée au gym m'inscrire le 14 décembre, et voilà, j'y retourne chaque semaine depuis. Je n'ai pas eu de révélation ni d'ange descendu du ciel. J'ai juste eu envie de bouger. Est-ce que je me suis sculpté un corps de rêve? Pas du tout, mais au moins, j'ai cessé de suivre le modèle de l'univers et de prendre de l'expansion!

J'aurais pourtant plein de petites choses que j'aimerais changer dans ma vie. Je ne suis pas assez patiente, j'aimerais prendre plus de temps pour lire, j'aimerais essayer davantage de nouvelles recettes et passer plus de temps chez moi, question que mes voisins cessent de penser que je travaille 80h par semaine...

Le problème, c'est que vous savez, comme moi, qu'on est assez confortables dans nos vieilles pantoufles. Je ne gagerais donc pas sur mon succès si j'étais à votre place!

Meilleurs voeux

Je profite de cette tribune pour souhaiter une excellente année 2017 à tous mes proches et amis, à mes collègues et à vous, chers lecteurs. Merci à tous ceux qui prennent le temps de m'écrire, pour les bons commentaires ou les critiques. C'est toujours un plaisir.

L'année 2016 aura été 2016 jusqu'au bout: j'en profite pour saluer tous les déneigeurs du Québec qui ont trouvé la journée de vendredi pas mal moins drôle. Je regardais le tracteur dans mon entrée qui soufflait la neige d'un côté, pendant que celle-ci s'accumulait de l'autre. Quinze secondes après son départ, la «gratte» de la Ville passait... On devrait moderniser l'expression «donner un coup d'épée dans l'eau» par «souffler par une journée de bombe météorologique». Des volontaires pour écrire à l'Office québécois de la langue française?

Si 2016 a été fantastique, je vous souhaite que la nouvelle année surpasse encore la dernière; si 2016 a été merdique, hé bien, faites «popper» le champagne ce soir et démarrez 2017 en force! Bonne année!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer