Le plaisir de faire la file

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
«Mais voyez-vous, il arrive un peu de magie... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

«Mais voyez-vous, il arrive un peu de magie lorsque l'on place des gens qui ont un truc en commun dans un portique de commerce pendant un peu plus d'une heure: ils se mettent à parler entre eux. Et pour être honnête, c'est franchement divertissant», raconte notre chroniqueuse.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Catherine Doré
Le Quotidien

CHRONIQUE / «Deux nuits dehors pour l'amour de la pêche blanche», titrait Le Quotidien samedi dernier. Je vais être honnête avec vous, mon premier réflexe en voyant cette joyeuse bande de crinqués assis en cercle sur des chaises de camping, emmitouflés dans des sacs de couchage ou carrément enroulés dans la douillette de leur lit, j'ai jalousé leur capacité à avoir du temps libre. Façon polie de dire «Dieu qu'ils n'ont rien à faire», j'en conviens...

Et puis, je me suis souvenue qu'à peine deux semaines plus tôt, j'ai été dans le même situation. Ce n'était pas deux nuits, ce n'était pas pour une cabane à pêche, mais j'ai quand même fait des pieds et des mains pour une console de jeux vidéo. La NES Classic Edition, rien de moins!

Quelques jours avant la mise en vente de cette console - ce n'est qu'une version miniature de la console sortie dans les années 80, avec les mêmes jeux d'antan. Rien de nouveau: parle-moi d'un bon coup pour faire de l'argent, chapeau Nintendo! -, j'ai lu tout ce qui se pouvait sur les sites de «gamers», j'ai questionné les différents magasins où l'on y vend des jeux vidéos pour savoir combien de consoles ils auraient le jour J. Personne ne pouvait répondre. J'ai même contacté une amie qui travaille dans un magasin à grande surface pour avoir un «scoop». Rien.

Le fameux vendredi, je me suis levée très tôt pour aller faire la file, comme une vingtaine d'autres adultes beaucoup trop motivés. Sur le lot, deux avaient prévu donner la console à un enfant, les 22 autres comptaient la garder jalousement pour eux...

Il faisait froid, j'avais travaillé tard la veille, j'avais mille fois mieux à faire, mais j'y étais quand même.

J'ai un peu honte de l'avouer, donc si vous pouviez garder cela pour vous, ça m'arrangerait.

Mais voyez-vous, il arrive un peu de magie lorsque l'on place des gens qui ont un truc en commun dans un portique de commerce pendant un peu plus d'une heure: ils se mettent à parler entre eux. Et pour être honnête, c'est franchement divertissant. On discute de la fois d'avant, où on avait fait le pied de grue pour la Wii, dans des conditions identiques, se jurant «pu jamais». On discute de nos jobs, du comment on a fait pour être libre un vendredi matin 7h pour être dans une file. On félicite ceux qui sont arrivés à 5h45 pour être certains de leur coup. Dans notre cas, le magasin avait donné des coupons aux 24 premiers arrivants (j'étais la 24e, j'ai songé à m'acheter un 6/49), pour s'assurer que personne ne piétine quelqu'un en courant comme des bêtes jusqu'à la section électronique, comme la scène des gnous dans Le Roi Lion, vous savez, celle où Mufasa «s'endort» et traumatise une génération entière? Comme ça.

Les coupons ont permis de ressortir avec mon précieux achat sous le bras et d'ajouter l'anecdote dans le tas des expériences étranges, mais satisfaisantes. Pas de meurtre, pas de bagarre: une bonne journée!

Donc quand je vois une joyeuse bande de crinqués, assis en cercle sur des chaises de camping, je me dis que ça fait partie de l'expérience, partie du «trip». Ça peut être pour une console, un spectacle ou une cabane à pêche. Ça peut être deux jours ou une heure, ça revient au même. On s'en fout qu'il y ait plein d'autres emplacements pour les cabanes, qu'il y ait d'autres envois de consoles. On fait ça pour le petit «kick» qu'on ressent quand on réussit et qu'on peut dire «j'y étais».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer