Le bogue de Donald Trump

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Donald Trump a été élu président des États-Unis... (Photo AFP)

Agrandir

Donald Trump a été élu président des États-Unis dans la nuit de mardi à mercredi.

Photo AFP

Patricia Rainville
Le Quotidien

CHRONIQUE / Parlez-en à mes proches, je suis une anxieuse. Je m'inquiète facilement, pour les petits tracas de la vie. Mais, curieusement, je ne m'en fais pas trop pour les choses qui inquiètent généralement les gens.

Prenez l'élection de Donald Trump, par exemple. Évidemment, comme toute bonne journaliste, j'ai suivi la soirée électorale américaine. Je me suis toutefois assoupie aux alentours de minuit, pour me réveiller durant le discours du nouveau président. Si j'ai été surprise? Pas tellement. Il faut dire que vraiment très peu de choses me surprennent.

Quoi qu'il en soit, durant la soirée, j'ai suivi les résultats via la télévision, mais j'ai surtout été amusée par les commentaires de mes amis Facebook.

Visiblement, les Québécois semblaient plus intéressés par l'élection présidentielle de nos voisins du sud que par nos propres élections, si j'en crois les publications qui défilaient sur mon Facebook.

Je comprends, les États-Unis sont la première puissance mondiale. Et j'ai constaté que la majorité d'entre nous prenaient cette élection particulièrement à coeur...

Prenez mon amie Jessica. Elle est allée se coucher, mardi soir, avant que Trump ne soit élu. Il avait une nette avance et elle commençait royalement à s'inquiéter. Comme bien d'autres, elle s'est endormie en croyant dur comme fer que la Troisième guerre mondiale éclaterait mercredi matin si Trump était élu.

Je lui ai alors dit qu'on assistait à une soirée assez palpitante merci.

«En tant que journaliste, peut-être, mais pas en tant que simple citoyenne qui a tellement peur de la guerre», qu'elle m'a répondu. J'ai eu beau lui rappeler qu'elle était une citoyenne canadienne et non pas américaine, il n'y avait rien à faire pour calmer son angoisse.

Et Jessica n'était pas la seule à craindre la fin du monde. Combien d'artistes américains ont dit qu'ils émigreraient au Canada advenant l'élection de ce milliardaire aux cheveux jaunes? Des tonnes! J'ai bien hâte de voir si Stephen King et Barbra Streisand éliront domicile ici comme ils l'ont promis. Honnêtement, j'en doute fort. Imaginez-vous donc que les visites sur les sites d'immigration vers le Canada ont explosé durant la nuit de mardi à mercredi...

Certains prédisaient un krach boursier advenant la victoire de Trump. Les marchés se sont affolés quelques heures, mais Wall Street n'a finalement guère été ébranlé.

Mardi soir, la Terre entière était tournée vers les États-Unis. La fin du monde était à nos portes si ce grossier personnage en venait à être élu 45e président. C'est finalement ce qui est arrivé. Et, bien au chaud dans mon salon, l'inquiétude collective m'a fait penser à celle liée au bogue de l'an 2000.

Seul l'avenir nous dira si les conséquences de l'élection présidentielle seront les mêmes que lorsqu'on croyait que les avions tomberaient le 1er janvier 2000 à minuit.

D'ici là, on devrait peut-être se calmer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer