Les princesses du Royaume

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRONIQUE / J'adore l'Halloween. Je considère que c'est la seule fête qui s'est... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Catherine Doré
Le Quotidien

CHRONIQUE / J'adore l'Halloween. Je considère que c'est la seule fête qui s'est améliorée en vieillissant.

Parce qu'on va se le dire, Noël est devenu beaucoup trop stressant à mes yeux : faut préparer la bouffe, trouver la bonne robe, un cadeau par-ci, une bouteille de vin par là, faut préparer des jeux pour divertir la foule... Tout le monde est épuisé avant même que le réveillon ne soit commencé !

L'Halloween est une fête géniale quand on est jeune, un peu nulle quand on est trop grand pour passer par les maisons, mais redevient le top quand on a l'âge de faire ses propres costumes. 

J'ai toujours eu des costumes sur mesures. Ma mère nous demandait, à mon frère et à moi, ce que nous voulions être pour le 31. Puis, elle passait des soirées entières à confectionner pièce par pièce nos déguisements. Ils sont encore tous dans un coffre à la maison et ont été empruntés maintes fois au fil des ans. La qualité, ça vaut cher !

Je me souviens quand j'étais petite, nous étions dans un magasin quelconque et j'avais vu un beau costume de princesse scintillant. J'avais demandé à ma mère pourquoi nous ne pouvions pas l'acheter. Elle m'avait répondu que ces costumes n'étaient pas faits pour le Québec, mais plutôt pour un endroit où il fait plus chaud. 

- Où ça ?

- En Floride.

- Et pourquoi on n'habite pas en Floride à la place ?

- Parce qu'on aurait d'autres problèmes que la neige.

Avec du recul, elle avait diablement raison, mais sur le coup, je me demandais bien pourquoi les princesses ne vivaient qu'en Floride... 

Parce qu'il faut le dire, ce n'est pas facile de passer l'Halloween au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il faut toujours que Dame nature joue un tour quelques jours avant et vienne couvrir le sol d'un tapis blanc, le mercure frôlant le point de congélation en bonus. Si bien que les princesses du Royaume ne sortent pas sans leur attirail complet : diadème et bottes d'hiver, rien de moins ! Personne chez Disney n'a pensé au climat nordique ? Aux manteau et pantalon doublés sous les robes ? Ce qui se vend en magasin n'est pas réaliste. Même la Reine des neiges passe la moitié de son film en tulle ou en je-ne-sais-trop-quoi ! Je ne veux pas voir sa facture de sirop pour le rhume...

De toute façon, rien ne bat un costume fait maison. Il y a bien longtemps que les costumes de princesses ne m'intéressent plus. Aujourd'hui, j'aime que ça produise un effet. Au diable le confort, il faut que ce soit impressionnant ! J'ai déjà été un cube Rubik. J'avais acheté un vrai pour m'assurer que personne ne vienne me dire qu'un carré de couleur n'était pas à la bonne place. (Oui, je suis toquée à ce point...) J'avais passé la soirée « pas d'bras », à siroter une bière à la paille parce que mon costume m'empêchait de faire quoi que ce soit. Vous essaierez de danser ainsi, ça limite les options, c'est moi qui vous le dis. L'année suivante, avec une amie, on avait fait des bonshommes Lego à partir de carton et d'isolant en feuille, le même que l'on prend pour les maisons. Et savez-vous quelle est la propriété de l'isolant ? Ça isole, justement. Donc la chaleur reste dedans le costume. De vraies génies ! 

On a eu chaud comme ce n'est pas possible, mais on en garde un excellent souvenir, six ans plus tard. Car ce que Disney ne peut pas nous vendre, c'est le plaisir qu'on a eu à penser à notre costume et à le fabriquer. Ça valait bien les épaules endolories d'avoir enduré un costume de carton !

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer