Le pissenlit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRONIQUE / Vous souvenez-vous de l'époque où vous aviez 15-16 ans? Pour... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Catherine Doré
Le Quotidien

CHRONIQUE / Vous souvenez-vous de l'époque où vous aviez 15-16 ans? Pour certains, c'était hier, pour d'autres, c'était il y a plusieurs années déjà (ne soyez pas tristes, dites-vous que vous êtes un guerrier qui a survécu à maints hivers québécois).

Vous souvenez-vous de ce moment où vous avez eu à choisir ce que vous souhaitiez faire 35 heures par semaine pour les 40 prochaines années? Près de 3000 jeunes de troisième à cinquième secondaire ont assisté au Salon ZigZag cette semaine, à l'UQAC, dans le but de connaître les programmes d'études qui s'offrent à eux. Certains savent déjà ce qu'ils veulent faire. Gageons qu'ils sont plutôt rares!

Ils seront beaucoup plus nombreux à essayer un programme et à changer en cours de route. Quelques-uns vont même se perdre en chemin, malheureusement.

Mon premier choix était le programme d'Art et technologie des médias, au Cégep de Jonquière. J'ai été acceptée sans difficulté et mon parcours s'est fait sans trop de vagues. J'ai réussi tous mes cours, fais mon stage au Quotidien, et j'y suis resté. L'histoire parfaite, en théorie.

Sauf qu'au cours de ces trois années, je n'ai jamais eu l'impression d'être à ma place. Je regardais les autres élèves et j'enviais leur assurance. J'écoutais les conférenciers et je ne me voyais d'en aucun d'entre eux. Je me sentais comme un pissenlit dans une plate-bande. Oui, techniquement, c'est une fleur, mais est-ce vraiment le bon endroit pour grandir?

Je n'étais pas celle vers qui on se tournait pour mener un reportage de fond, mais on accourait à mon bureau lorsqu'il fallait un billet d'humeur à la dernière minute pour La Pige, le journal des troisièmes années.

Force est d'admettre que les choses n'ont pas trop changé!

J'ai réussi à faire mon chemin, à ma façon, et c'est ce qui est important. Après tout, une plate-bande composée uniquement d'hostas, c'est plate. Ça prend de la diversité, des hydrangées par-ci, des lys par-là. Peut-être même un ou deux pissenlits. Pourquoi pas?

Mais alors que je m'étais juré que je n'irais pas plus loin, j'ai fait un baccalauréat. À temps plein, en travaillant à temps plein. Des heures de plaisir! Parfois, quand je m'arrête, je me demande comment j'ai fait.

Mais alors que je m'étais juré que je n'irais pas plus loin (c'est moi, ou je me répète?), je me suis levée un matin et je me suis inscrite à la maîtrise. Comme ça, presque sur un coup de tête. Un excellent coup de tête, à dire vrai! J'y ai découvert un monde nouveau et fascinant avec des étudiants tous plus intéressants les uns que les autres. Des étudiants étrangers, des travailleurs de retour aux études, des changements de carrière, tout le monde a quelque chose à offrir. Si tout va bien toutefois, je devrais être en mesure d'être de la collation des grades au printemps.

Mais rassurez-vous, je me suis juré que je n'irais pas plus loin...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer