Rencontre avec les bélugas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Par un dimanche après-midi à Kamouraska, nous avons... (Photo courtoisie)

Agrandir

Par un dimanche après-midi à Kamouraska, nous avons fait la rencontre des bélugas du fleuve Saint-Laurent.

Photo courtoisie

Patricia Rainville
Le Quotidien

CHRONIQUE / J'ai profité d'une semaine de vacances chaude et ensoleillée au début du mois de juillet. Non, je ne l'ai pas toute passée au Saguenay-Lac-Saint-Jean! À la moindre menace d'orage et d'averse qui, disons-le, sont fréquents cet été, j'ai fait mes bagages et je me suis sauvée.

Entre un petit séjour au Lac-Saint-Jean et quelques jours passés à Québec, j'ai découvert un coin de pays que je ne connaissais pas. Le Bas-Saint-Laurent.

Bon, vous devez vous dire que je ne suis pas beaucoup sortie pour ne pas connaître la région du bas du fleuve. Je vous répondrai mieux vaut tard que jamais.

Direction Kamouraska

Dimanche matin, alors que le soleil se faisait timide, celui qui m'a fait découvrir le Bas-Saint-Laurent, Charles, me propose une balade en kayak sur le fleuve. Pas une vague à l'horizon. Les îles, le fleuve, les cormorans: le paysage est à couper le souffle.

«On va voir des bélugas», qu'il me promet.

Ouais, ouais, que je me dis. On va voir des dos blancs trois kilomètres plus loin si on plisse les yeux et qu'on se concentre un peu.

Après avoir pagayé moins d'une heure, on s'immobilise sur les eaux tranquilles du Saint-Laurent.

On est seuls au monde. Jusqu'à ce qu'on aperçoive deux petits dos blancs. Ils étaient trop loin pour qu'on distingue le bébé qui nageait à leurs côtés.

J'ai bien cru que le spectacle s'arrêterait là. Et je dois admettre que j'étais déjà sous le charme de ces petites baleines blanches. C'était bien au-delà de ce que j'avais espéré, jusqu'à ce que ces charmants mammifères marins viennent nous taquiner d'un peu plus près. Ils devaient être une dizaine, après quelques minutes à peine, à tourner autour du kayak, faisant les beaux et ayant l'audace de plonger et de nager en dessous de notre embarcation.

J'avoue avoir eu un peu peur lorsqu'un d'entre eux a frôlé le gouvernail du kayak. Visiblement, les bélugas du fleuve ne se laissent pas intimider.

Nous étions à quelques kilomètres à peine de la rive de Kamouraska, en compagnie d'une quinzaine de bélugas, de trois phoques et d'une centaine de cormorans. Je me suis alors dit que nous étions chanceux de vivre ce genre d'expérience au Québec, à quelques heures de voiture de chez nous.

Pas besoin d'aller bien loin pour découvrir de splendides panoramas et vivre des expériences uniques. Cet après-midi là, avec les bélugas du fleuve, restera sans doute longtemps gravé dans ma mémoire.

Même si j'ai eu un peu peur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer