Comique au travail

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRONIQUE / On vous complimente sur votre veston. «Cette vieille affaire-là?»... (123rf)

Agrandir

123rf

Laura Lévesque
Le Quotidien

CHRONIQUE / On vous complimente sur votre veston. «Cette vieille affaire-là?» On vous félicite pour votre promotion. «Il n'y avait pas beaucoup de candidats.» Vos convives applaudissent votre repas. «Le saumon était un peu trop cuit.»

Si ces réponses ressemblent aux vôtres, vous êtes probablement une femme.

L'humilité semble typiquement féminine. Les hommes chassaient le mammouth quand la modestie a passé. Bon, je généralise, mais si on faisait du cas par cas, on aurait bien peu de sujets de chroniques, vous en conviendrez.

Notre tendance à se dévaloriser, à minimiser notre succès, se traduirait aussi dans notre humour. Dans 70% du temps, les femmes utilisent l'autodérision dans leurs blagues. Elles préfèrent rire d'elles-mêmes plutôt que de rire des autres. Quelle surprise! Mais 80% de leurs gags tomberaient à plat, nous apprend la docteure britannique Judith Baxter qui a étudié pendant 18 mois l'humour des gestionnaires masculins et féminins dans leur milieu de travail.

Les hommes, eux, optent pour différents types d'humour. Et ça fonctionne. Dans 90% du temps, ils reçoivent un rire immédiat.

Est-ce que les hommes sont réellement plus drôles que les femmes?

L'étude donne une explication qui fait dresser les poils de mes bras de féministes. L'autodérision fonctionne bien pour les gens qui possèdent un statut important. Par exemple, un haut dirigeant ou un athlète qui rigole de lui-même s'attire le respect des autres. Ça le rend plus accessible et plus sympathique.

Pour une femme, même si elle occupe un poste important, c'est plus difficile, surtout dans un contexte de travail. Pourquoi? Parce qu'elles ne sont tout simplement pas encore perçues comme de vrais leaders. Leur arrivée sur le marché du travail est encore trop récente, pointe l'étude. Traditionnellement, les femmes n'ont pas de haut statut. Les gens, inconsciemment, s'attendent à interagir avec des femmes soumises. Quelqu'un peut me dire combien d'années ça va durer? Et l'étude ne remonte pas aux années 80. Mais bien 2011. Et depuis, les rôles sexuels ne semblent pas avoir bien évolué...

Et une autre chose refuse de changer. Les femmes cherchent encore un homme pour les faire rigoler. Et les gars préfèrent une femme qui rit de leurs blagues à une amoureuse plus comique qu'eux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer