Un tout petit détail

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRONIQUE / Un peu plus tôt cette semaine, j'ai fait parvenir, via Internet, la... (123rf)

Agrandir

123rf

Patricia Rainville
Le Quotidien

CHRONIQUE / Un peu plus tôt cette semaine, j'ai fait parvenir, via Internet, la Une de la dernière édition du magazine Summum à un ami.

«Est-ce que tu la trouves de ton goût?», était le message qui accompagnait la photo de la belle grande blonde qui fait la première page du magazine pour hommes.

«Oui! Elle est vraiment belle», m'a-t-il rapidement répondu.

«C'était un homme», que je lui ai rétorqué.

«Sérieusement? Eh bien, elle est belle quand même.»

En plein le genre de réaction qui me plaît. Pas de jugement. Pas d'indignation. Juste du gros bon sens. S'il la trouvait belle il y a une seconde, pourquoi cette vision aurait-elle changé en apprenant qu'il s'agissait en fait d'un homme? Ça serait complètement illogique.

J'ignore si vous en avez entendu parler, mais la Une du magazine Summum a fait jaser ces derniers jours. Pour la toute première fois, l'équipe rédactionnelle a décidé de mettre en vedette une femme transgenre. Personnellement, je ne peux que saluer ce choix éditorial. Il faut dire que la jeune femme de 27 ans est assez sexy merci. Et j'ai toujours eu un faible pour ce qui sort des sentiers battus et pour tout ce qui est audacieux.

Mais bon, ce n'est pas tout le monde qui partage mon point de vue. Certains messieurs, fidèles lecteurs du magazine, se sont carrément indignés sur les médias sociaux et les ondes radiophoniques de Québec. D'autres m'en ont également parlé, lorsque je les ai questionnés sur le sujet. L'un d'entre eux m'a même affirmé qu'il n'achèterait plus le magazine. Eh bien, tant pis pour lui. Il va se priver pour avoir l'esprit trop étroit.

D'ailleurs, j'ignore ce qui choque autant les hommes lorsqu'on parle de transgenres. Peut-être se sentent-ils insultés d'avoir été «dupés».

Quoi qu'il en soit, je me suis questionnée, après avoir moi-même été surprise que la mannequin ait été un homme par le passé. Et si je rencontrais un homme qui a déjà été une femme, serais-je freinée par cette révélation? Difficile de répondre, puisque ça ne m'est jamais arrivé. Mais, après réflexion, je crois bien que si je tombais follement amoureuse d'un homme qui a déjà été une demoiselle, je ne me laisserais pas arrêter par ce genre de «détail».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer