Cap sur le 5 novembre

Jean-Pierre Blackburn... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Jean-Pierre Blackburn

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bertrand Tremblay
Le Quotidien

CHRONIQUE / Coup de théâtre dans la course à la mairie de Saguenay. Jean-Pierre Blackburn deviendra vraisemblablement le candidat de l'organisation qui a regroupé, depuis 20 ans, une majorité de votants autour du maire Jean Tremblay.

Ce fils de Jonquière, diplômé de l'UQAC en administration des affaires et détenteur d'une maîtrise en études et interventions régionales, a d'abord oeuvré, durant une décennie, au développement de l'important secteur commercial de Chicoutimi. Il établit, par la suite, dans sa ville natale, une firme de développement des affaires et de relations publiques.

Progressiste-conservateur

L'attrait de la politique devient irrésistible quand Bryan Mulroney l'invite, en 1984, à représenter la circonscription de Jonquière sous la bannière du Parti progressiste-conservateur. Il assumera durant une décennie d'importantes responsabilités à Ottawa. Défait en 1993, il retourne à son bureau de stimulation économique et de relations publiques.

Au scrutin de 2006, il fait mentir les sondages en méritant la confiance des votants de Jonquière-Alma quand Stephen Harper promet l'établissement d'une troisième escadre d'intervention rapide à la base aérienne de Bagotville. Une addition de 550 militaires et des investissements de 300 millions $ dont la réalisation prévue en 2015, s'étire dans les hésitations politiciennes.

Avec le prestige et la visibilité acquis durant son long séjour dans le cercle du pouvoir canadien et à l'UNESCO, Jean-Pierre Blackburn devient le dauphin de Jean Tremblay et l'héritier des avantages d'une administration toujours en place. Mais ce privilège inflige à l'organisation qu'il dominera dès la ratification de sa candidature par les membres du Parti des citoyens de Saguenay (PCS) l'obligation de rendre des comptes. Et après 20 ans, tout gouvernement cache des cadavres dans le placard. Josée Néron, la chef de l'Équipe du renouveau démocratique (ERD), qui convoite également la mairie, se montrera particulièrement insistante sur cet élément précis en campagne électorale.

Le comptable Arthur Gobeil

Jean-Pierre Blackburn est le deuxième vétéran du réseau des affaires publiques à annoncer officiellement son intention de briguer les suffrages aux élections municipales du 5 novembre prochain. Le comptable de la firme Raymond Chabot Grant Thorton, Arthur Gobeil, également diplômé de l'UQAC, l'a précédé en octobre dernier, mais en se déclarant indépendant.

Président de la Société de la vallée de l'aluminium et trésorier d'AluQuébec, la Grappe industrielle de l'aluminium, il a accompli une multitude de missions à caractère socio-économique depuis des décennies. Tout comme l'ancien ministre, il maintiendrait Promotion Saguenay, la créature sévèrement critiquée par l'opposition, mais en apportant des modifications dans son fonctionnement.

En offrant ses services aux citoyens de Saguenay, Jean-Pierre Blackburn a fouetté l'intérêt des élus et de leaders pressentis par de fervents partisans. Des noms reviennent avec plus d'intensité dans les discussions, comme celui du conseiller municipal Luc Boivin et de l'homme d'affaires Éric Larouche. Même Jacques Fortin, le président de l'arrondissement de Chicoutimi et directeur général de La Pulperie, songe sérieusement à la mairie.

Même si Jean-Pierre Blackburn est préoccupé par les carences du réseau routier, on peut prévoir que l'économie dominera la campagne électorale. Le bilan à ce chapitre est catastrophique. C'est pourquoi le maire sortant proposera à la séance du conseil municipal, ce midi, d'offrir des avantages fiscaux aux entrepreneurs de l'extérieur qui s'établiront chez nous.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer