Protectionnisme pour les plus riches

«Les grands perdants de ce conflit perpétuel sont... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

«Les grands perdants de ce conflit perpétuel sont l'économie canadienne et les consommateurs américains», estime notre chroniqueur.

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bertrand Tremblay
Le Quotidien

CHRONIQUE / La nouvelle est tombée sans surprise. La coalition américaine du bois d'oeuvre a réitéré sa plainte de concurrence déloyale de la part de l'industrie forestière canadienne auprès du département américain du commerce. Le scénario se répète, mais l'élection d'un président ultra protectionniste aux réactions imprévisibles rend la perspective encore plus inquiétante.

Les tribunaux ont déjà à cinq reprises fait la démonstration que l'accusation est fausse. La dernière fois, Washington fut contraint de rembourser quelque quatre des cinq milliards$ de droits compensatoires infligés injustement. La différence a servi à l'attribution d'honoraires juridiques plantureux et d'une prime de réconciliation d'un demi-milliard$, qui a plutôt l'effet d'aiguiser davantage l'appétit de la concurrence américaine.

Les perdants

Les grands perdants de ce conflit perpétuel sont l'économie canadienne et les consommateurs américains. Résolu et les autres producteurs ont déjà subi des pertes de deux milliards$ et quelque 22 000 employés vivent toujours sous la menace de fermetures d'usines ou de mises à pied temporaires imputables à l'application de quotas d'exportation.

Des milliers de jeunes ménages américains souffrent également de ce bras de fer. En érigeant un mur de Chine autour du plus riche marché de la planète, le protectionnisme rend beaucoup plus cher aux jeunes Américains l'accès à la propriété. Globalement, ces consommateurs de la dernière génération ont payé 6,36 milliards$ de plus, depuis 2006, pour se procurer leur propre toit parce que le bois d'oeuvre canadien était taxé indûment.

Si des groupes urbains opposés à l'exploitation de la forêt boréale commerciale verseront une larme de crocodile en déplorant la menace qui pèse sur des milliers de travailleurs, le monde québécois des affaires porte un jugement fort éclairé sur la situation. Alexandre Moreau, analyste à l'Institut économique de Montréal, signale même que pour corriger cette perception d'une industrie subventionnée parce qu'elle tire la ressource d'une forêt publique, nos producteurs veulent dorénavant procéder à la mise aux enchères de leur bois d'oeuvre sur le marché américain.

L'aveu de Clinton

Ce mécanisme n'empêchera évidemment pas la coalition américaine de réclamer une intervention politique. Son obstruction est payante. «Ce conflit met en lumière un aspect fondamental du protectionnisme, fait observer Alexandre Moreau, en concentrant les bénéfices au sein d'un groupe restreint alors que les coûts sont disséminés sur un grand nombre d'acteurs économiques... au détriment des consommateurs qui se retrouvent avec moins de choix et des prix plus élevés.»

Barack Obama et d'anciens locataires de la Maison-Blanche l'ont déploré, mais sans pouvoir enrayer le mouvement. «... Même s'il nous arrivait d'être en désaccord sur le commerce du blé et du bois ou sur les droits de pêche au saumon, notre amitié était aussi solide que profonde (avec notre principal partenaire commercial)», écrit Bill Clinton dans sa biographie en racontant l'une de ses rencontres avec Jean Chrétien et son épouse Aline.

Dans ses propres mémoires publiés plus tard, l'ancien premier ministre canadien ajoute cette révélation: «Clinton m'a même confié un jour que les États-Unis n'accepteraient jamais, au grand jamais, de pratiquer intégralement le libre-échange en matière de bois d'oeuvre.» Il en concluait que «lorsqu'il s'agit de différends commerciaux avec les États-Unis, je le sais trop bien, le président américain a beau vous être acquis, sa toute-puissance légendaire redevient platonique».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer