En attendant le grand rendez-vous

Justin Trudeau à Ottawa... (Archives PC)

Agrandir

Justin Trudeau à Ottawa

Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bertrand Tremblay
Le Quotidien

CHRONIQUE / Au lendemain de la célébration du 149e anniversaire du Canada, la réflexion politique se mélangera aux frivolités des vacances estivales pour mieux jaillir durant l'effervescence de la rentrée.

Il faut surtout préparer la visite, à Saguenay, les 25 et 26 août, des 180 députés et ministres fédéraux, accompagnés de leur personnel politique. C'est la première fois que la région est choisie pour un tel rassemblement. Le premier ministre Justin Trudeau veut peut-être mieux comprendre les relations amour-haine que son célèbre père, Pierre-Elliott, a entretenues avec les gens du Royaume avant et durant ses quatre mandats à la direction du pays.

Il a multiplié ses présences chez nous, non seulement durant les campagnes électorales, mais également pour participer à de grands événements comme la Traversée internationale du lac Saint-Jean. Il a aussi été le monarque d'un jour au Carnaval-Souvenir de Chicoutimi. Entouré d'une foule joyeuse, il a circulé dans les artères du centre-ville dans un traîneau royal. Puis, l'incompréhension s'est installée progressivement avec l'avènement au pouvoir, en 1976, des souverainistes de René Lévesque, le rapatriement de la constitution sans l'accord du Québec et les douloureux referendums. On connaît la suite.

L'avenir de Bagotville

En attendant le rendez-vous fixé à la fin d'août, le gouvernement de Justin Trudeau incite les élus et la population à lui soumettre, avant le 31 juillet, notamment sur le site Internet www.consultationsdefense.ca ou consultations@ipsos.com, leurs réponses aux interrogations que suscite l'ajustement des services fédéraux établis chez nous aux nouvelles orientations de la Défense nationale.

L'État doit-il mettre l'accent sur les missions de soutien de la paix ou participer à des opérations militaires? Est-il préférable, se demande le député Denis Lemieux, de maintenir la capacité militaire des Forces armées canadiennes (FAC) que d'accroître notre collaboration avec des armées alliées?

Le représentant de Chicoutimi-Le Fjord vise aussi l'obtention des drones militaires et les 450 emplois que les activités provoquées par cette avancée technologique généreraient. Ottawa réserve trois milliards$ à ce programme. Denis Lemieux s'appliquera à convaincre le ministre de la Défense, Harjit S. Sajjan, en lui rappelant que Bagotville demeure la seule base militaire bilingue au pays. Cet avantage viendrait s'ajouter à la deuxième Escadre expéditionnaire qui regroupera éventuellement, selon le plan original, jusqu'à 550 employés supplémentaires.

Les infrastructures

Il sera aussi évidemment question à ce premier caucus estival du gouvernement libéral de la distribution, dans les municipalités du pays, dont celles du Saguenay-Lac-Saint-Jean, des 120 milliards$ qu'Ottawa empruntera sur les marchés financiers pour investir dans la rénovation des infrastructures. Les travaux s'étaleraient sur une décennie.

Même s'il va à contre-courant en gonflant dangereusement la dette nationale, le plan secret que mijotait Justin Trudeau en campagne électorale est bien accueilli parce qu'il corrigera les conséquences désastreuses de choix politiques effectués en fonction du vote et non selon des priorités rationnelles.

Évidemment, les grandes villes se sont rapidement assises à la table. Elles sont toujours affamées. Les autres municipalités auront heureusement leur part du gâteau. Les nôtres se sont montrées assez discrètes sur le sujet, mais elles préparent sans doute leurs propositions. Le coup de pouce fédéral ne suffira sans doute pas, mais il comblera de graves lacunes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer