La colère de Russel-Aurore

L'historienne Russel-Aurore Bouchard... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

L'historienne Russel-Aurore Bouchard

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bertrand Tremblay
Le Quotidien

CHRONIQUE / Russel-Aurore Bouchard et Marine Le Pen, deux femmes qui dérangent en faisant éclater les tabous. La première a causé un choc au Cercle de presse en percevant le projet de loi 64 sur l'immatriculation des armes feu comme un affront aux chasseurs des régions ressources et la manifestation d'un État policier.

À la Commission parlementaire, constate l'historienne, les dés sont pipés, puisque 27 des 33 groupes invités sont favorables au registre. Le gouvernement agit à sa guise. Depuis l'abolition du Conseil législatif en 1968, le Québec vit dans une dictature élective. Tous les pouvoirs sont concentrés dans les attributs du premier ministre, alors qu'en démocratie, pour que le citoyen jouisse de sa liberté, le législatif, le judiciaire et l'exécutif, doivent être séparés par des cloisons étanches.

Marine Le Pen

Marine Le Pen n'a pas évoqué l'esprit des lois comme l'a fait Russel-Aurore, mais elle a commenté ainsi l'accueil glacial de ses collègues québécois: «La démocratie, ça consiste à entendre ceux qui sont en désaccord avec vous». Deux journalistes de Radio-Canada, Anne-Marie Dussault et Michel-C. Auger, l'ont cependant invitée à leur tribune. L'entretien avec l'animatrice du 24/60 (17h à RDI) ressemblait davantage à une confrontation. «J'ai l'impression d'être devant un tribunal», s'est étonnée la présidente du Front national qui se trouvait parfaitement justifiée, et avec raison, d'être contre l'immigration massive sans se faire accuser de raciste. Anne-Marie Dussault demeura bouche bée quand la politicienne la somma de lui citer une seule insulte qu'elle aurait proférée. Par contre, Michel -C. Auger a mené, à l'émission radiophonique du midi, une entrevue sereine et instructive. Il s'est même permis de corriger Madame Le Pen à deux reprises sans hausser le ton.

Russel-Aurore a tous les atouts d'une parlementaire, mais elle annulera son vote après avoir renoncé à la possibilité d'être élue dans Chicoutimi parce que les députés ne sont plus les représentants du peuple, mais d'une machine, d'un parti. Élevée dans un milieu libéral, elle tire à boulets rouges sur le PLQ qui «accentue la fracture entre Montréal et le reste du Québec.» Mais elle s'empresse d'ajouter: «Le PQ n'est pas mieux. Après 43 ans, il a laissé un champ de ruines. On a même perdu notre nom et notre prison.»

L'immigration

Après avoir énuméré aux membres du Cercle de presse, à travers les écrits de Voltaire, de Montesquieu et de Rousseau, les principes de la démocratie, l'auteure de 63 livres portant essentiellement sur la région et son histoire accuse le puissant mouvement féministe d'avoir participé à la dérive politique du Québec. «Je suis pour les femmes assure-t-elle, mais contre le radicalisme du féminisme», qu'elle rend responsable des quelque 805 000 avortements pratiqués de 1971 à 2011 selon les dernières statistiques officielles.

Pour contrer les effets de la dénatalité, on a recours à l'immigration. Une mesure qui s'est avérée indispensable à la qualité des institutions comme l'UQAC et l'hôpital de Chicoutimi, notamment. Soyons reconnaissants aux Brochet, Farzaneh, Kiss, Fall et plusieurs autres d'avoir non seulement maintenu, mais hausser le niveau d'excellence de la santé et de l'éducation, chez nous.

C'est toutefois contre les dangers de l'immigration massive et communautariste que Marine Le Pen a voulu prévenir nos gouvernements. «La politique d'immigration mise en oeuvre par M. Trudeau est une folie dans un contexte de chômage... Mais dès que nous n'êtes pas d'accord avec la pensée unique, vous êtes traités de fascistes, de racistes, de xénophobes...».

À chacun maintenant de faire sa réflexion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer