Les aspirants

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Petterson... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Marc Petterson

(Archives Le Quotidien)

Bertrand Tremblay
Le Quotidien

À sa première activité après la pause des vacances estivales, Le Cercle de Presse recevra à sa tribune, mercredi prochain, les trois candidats libéraux du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Denis Lemieux, Marc Pettersen et Sabin Simard.

Le nouveau président Denis Villeneuve, du Quotidien, qui succède à Véronique Dubé, de Radio-Canada, entreprend son règne en invitant, à tour de rôle, les candidats de la relève au scrutin du 19 octobre. La tradition favorisait, jusqu'à maintenant, la formule du débat. Mais comme la majorité des aspirants sont de nouveaux venus en politique, il est probablement préférable de les soumettre, préalablement, aux questions des journalistes.

L'ère des cassettes

Surtout qu'un nombre croissant d'élus préfèrent, depuis l'avènement d'Internet, faire de la propagande ou transmettre directement leurs messages à la population, en utilisant les médias sociaux. Ils n'ont pas à justifier certaines opinions dérangeantes ni à expliquer aux spécialistes de l'information leurs contradictions. Le maire Jean Tremblay après plusieurs autres dont l'ancien premier ministre Robert Bourassa (rappelons-nous l'ère des cassettes), a façonné sa propre machine de transmission de l'information. Même pour annoncer sa décision de ne pas solliciter un renouvellement mandat à l'élection municipale de 2017, il a réservé la primeur à sa page Facebook.

Les représentants officiels des partis seront donc sur la sellette aux prochaines séances du Cercle de Presse. Ceux désignés par Justin Trudeau seront les premiers sur la ligne de tir. Marc Petterson, de Jonquière, n'est pas un néophyte. Conseiller municipal de Saguenay, tente à nouveau sa chance dans la circonscription de Jonquière avoir avoir subi la défaite dans Chicoutimi-Le-Fjord, en 2008 et comme candidat libéral indépendant en 2011. C'est un habitué de Facebook et un infatigable féru du porte-à-porte.

Les partisans libéraux dans Chicoutimi-Le-Fjord ont choisi, dans la présente campagne, Denis Lemieux, homme d'affaires à la retraite, « passionné de pilotage » mentionne sa biographie. Tout comme Petterson, il est diplômé de l'UQAC. C'est le Marcel Dionne de la présente génération qui, à l'instar de l'ancien député, mijote la réalisation de grands projets industriels.

Une voix étouffée

Le troisième invité du Cercle de Presse, Sabin Simard, fut nommé tardivement candidat libéral dans Lac-Saint-Jean. Peut-être moins connu que ses deux collègues libéraux, du moins à Saguenay, il revient sur la scène politique après avoir échoué devant Stéphan Tremblay, en 1997. Il militait à l'époque pour les progressistes-conservateurs. Spécialiste en formation industrielle, il a travaillé à l'aluminerie que RTA exploite à Kitimat.

Pendant ce temps, les chefs des partis nationaux se comportent comme si le Canada se limitait aux régions métropolitaines de Toronto, Montréal et Vancouver. Les populations qui occupent les territoires bourrés de richesses naturelles - comme la nôtre - sont outrageusement oubliées. Les problèmes ne manquent pas. La crise forestière n'émeut pas les médias nationaux qui gardent un silence complice devant la désinformation de Greenpeace. L'image de chefs circulant dans les concentrations urbaines se grave dans l'esprit des votants pour former la vague de fonds qui balayera le pays à l'élection du 19 octobre.

Comme la voix des régions est étouffée dans la présente campagne, nos leaders politiques devraient alerter les machines politiques. Les réseaux d'information les entendront. Et encore davantage, si le message est porté par un député du Québec profond comme Philippe Couillard qui a l'avantage de détenir l'autorité d'un premier ministre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer