Des Bleuets productifs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bertrand Tremblay
Le Quotidien

Quand on relit le portrait de « la vitalité économique du Saguenay-Lac-Saint-Jean» tracé par l'appareil administratif du gouvernement libéral, on comprend encore davantage l'urgence du Sommet tenu à Alma le 18 juin dernier.

Malgré les précautions politiques de ses auteurs, ce document préliminaire est sombre. Les statistiques tombent comme des fatalités du destin. La population vieillit, l'immigration se concentre dans et autour de Montréal et de Québec, l'emploi dans la grande industrie plafonne quand elle ne régresse pas, surtout celle des produits de la forêt qui lutte pour sa survie contre une multitude d'éléments négatifs.

Oubli ou ignorance

Dans ce cahier de consultation, l'équipe responsable de la préparation du Sommet énumère les enjeux et défis majeurs qui se dressent sur les rails du développement économique de notre région. Ces éléments guideront la centaine de groupes invités au grand rassemblement du 18 juin à Alma dans la rédaction de leur mémoire.

La carence de ce document de référence pourtant bien conçu, c'est d'ignorer les deux premiers exercices similaires menés à Jonquière en 1984 et à Saint-Félicien en 1991. Si elle avait pris soin de s'en instruire, la machine gouvernementale aurait alors mieux dirigé les objectifs vers une préoccupation qui ronge l'esprit des Bleuets depuis la révélation choc faite par la grande industrie, au terme de la Révolution tranquille, au Sommet de 1984, soit qu'elle ne générerait plus d'emplois additionnels malgré une augmentation considérable de la production, spécifiquement dans le secteur de l'aluminium, essentiellement parce que la magie de la technologie remplace l'humain dans une multitude de tâches.

La machine gouvernementale se serait sans doute souvenue qu'au deuxième Sommet, Alcan, l'UQAC, STAS et le Cégep de Jonquière lui avaient fait accepter une solution pour combler les emplois qui seraient engloutis dans la modernisation. C'est ainsi que le CQRDA, le Centre québécois de recherche et développement de l'aluminium, a pris naissance, mais avec le mandat d'étendre son activité dans tout le Québec. L'organisme a toujours pignon sur le Boulevard Talbot, à Chicoutimi, mais depuis l'installation du nouveau gouvernement, on lui impose une mission impossible.

Excellent bulletin

Par contre, l'État n'a pas attendu les conclusions du Sommet pour confier à la Société de la Vallée de l'Aluminium l'application d'un accélérateur technologique dans la transformation de l'aluminium et l'exportation des produits à valeur ajoutée. La SVA disposera, au cours des cinq prochaines années, d'un budget de 5 millions $ alimenté par Desjardins-Innovatech.

Excellence initiative, mais insuffisante. Les PME attendent davantage de l'État comme nous le démontrerons dans une troisième et dernière réflexion sur le Sommet d'Alma dans l'édition de jeudi prochain.

Entre temps, réjouissons-nous des effets stimulants de deux caractéristiques du Saguenay-Lac-Saint-Jean mentionnées dans le document référence du gouvernement, soit l'importance de son Produit intérieur brut (PIB) et, plus significatif encore, sa vigoureuse productivité, une notion reliée au rendement, à l'efficacité et à la performance. La productivité est le dynamo de la croissance économique, de l'accès à la richesse.

Dans la course à la productivité, le pays des Bleuets se classe en quatrième place parmi les 17 régions administratives du Québec, devant Montréal. Et comme ici, nécessité fait loi, l'augmentation de la productivité a atteint 17% durant l'a décennie 2002-2012 comparativement à 8% dans l'ensemble du territoire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer