L'avis empoisonné

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
«Le gouvernement n'a retrouvé la parole que trois... (PHOTO FOURNIE PAR LE MINISTÈRE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE LA FAUNE)

Agrandir

«Le gouvernement n'a retrouvé la parole que trois jours plus tard quand le ministre Laurent Lessard, de passage à Saguenay dans le cadre d'une tournée de cueillette d'informations, a manifesté son étonnement devant l'intervention imprévue du Forestier en chef.»

PHOTO FOURNIE PAR LE MINISTÈRE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE LA FAUNE

Bertrand Tremblay
Le Quotidien

Le caribou est en péril. Cette sentence explosive glissée, au début de la semaine dernière, dans l'emballage d'un simple avis émis par le Forestier en chef, Gérard Szaraz, a été captée dans un silence glacial durant la pause du printemps qui a suivi le débat déchirant que se livrent depuis des mois, sur ce sujet, écologistes, industriels et politiciens.

Le gouvernement n'a retrouvé la parole que trois jours plus tard quand le ministre Laurent Lessard, de passage à Saguenay dans le cadre d'une tournée de cueillette d'informations, a manifesté son étonnement devant l'intervention imprévue du Forestier en chef.

Le Forestier en chef

La mission de ce mandarin consiste essentiellement à établir, annuellement, la quantité de matières ligneuses disponible à l'exploitation industrielle. Il s'applique aussi, précise le décret, à " éclairer les décideurs et à informer la population sur l'état des forêts publiques et leur gestion ", avec l'objectif ultime d'assurer le renouvellement de la ressource. Pourquoi s'est-il inquiété publiquement de la survie du caribou forestier, sans auparavant partager son sentiment avec son patron, le titulaire des Forêts, de la Faune et des Parcs?

Parce qu'en agissant ainsi, il accentue l'embarras du gouvernement qui a déjà réservé les services de l'ancien premier ministre Lucien Bouchard pour négocier un compromis acceptable sur l'application du droit de regard que détiennent les autochtones depuis la signature, en 2002, de la Paix des Braves avec le gouvernement péquiste du premier ministre Bernard Landry.

L'autre obstacle majeur à l'exploitation de la forêt boréale commerciale, c'est le caribou forestier. Le premier ministre Philippe Couillard a déjà clairement indiqué que cette préoccupation ne devrait pas faire perdre un seul emploi. Le ministre Laurent Lessard répète que la priorité du gouvernement, c'est de fournir de l'emploi aux forestiers " dans le cadre du futur plan de rétablissement du caribou forestier ". Le Québec, fait-il observer, apporte une contribution importante à la protection de l'espèce. Il vérifiera la perception des spécialistes ontariens avant d'aller plus loin dans ce dossier complexe et controversé.

Et maintenant que le Forestier en chef a réaffirmé sa liberté d'opinion en manifestant ouvertement son inquiétude à l'endroit du caribou forestier, le ministre Lessard lui suggère d'effectuer le travail en estimant, notamment, les possibilités d'une forêt boréale commerciale de nouveau rétrécie par l'aménagement d'une aire additionnelle de protection consacrée à la sauvegarde du caribou forestier.

PKP éblouit

S'il n'est pas un orateur charismatique comme le furent René Lévesque et Lucien Bouchard, le nouveau chef du Parti québécois a livré un discours magistral, vendredi soir, après son couronnement.

Chaque mot semble avoir été minutieusement choisi pour nourrir le rêve d'un Québec souverain. Quand il a interpellé le courage et la détermination des militants de sa formation politique, on aurait cru entendre Winston Churchill provoquer la fibre nationaliste de ses compatriotes menacés par les forces d'Hitler au début des années 1940 : " Je n'ai rien à offrir que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur ".

À des souverainistes dont une majorité avait perdu la foi dans leur idéal, voici que Pierre Karl Péladeau leur fait de nouveau miroiter la terre promise. Mais la confiance conservera-t-elle toute sa vivacité quand il faudra envisager des solutions à l'endettement, au vieillissement de la population et la décapitation du leadership régional?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer