La mission du sommet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dans le document de consultation bourré de statistiques... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Dans le document de consultation bourré de statistiques qui circule depuis quelques semaines, le gouvernement reconnaît les retombées impressionnantes provoquées par le « leadership provincial » pratiqué chez nous « avec la présence d'un créneau d'excellence en transformation d'aluminium.

(Archives Le Quotidien)

Bertrand Tremblay
Le Quotidien

Le temps de préparation est trop court et fortement perturbé par la politique partisane. La période ne se prête guère non plus à un sommet économique. Mais la région ne doit surtout pas bousiller l'opportunité que lui offre la présence du premier ministre parmi ses concitoyens pour soumettre ses solutions aux graves problèmes économiques qui la condamnent au déclin.

Même si l'exercice les agace, l'État et ses mandarins s'y prêtent avec l'ouverture d'esprit approprié, surtout parce qu'il est « suggéré » par le chef tout puissant d'un gouvernement majoritaire. Ce sera, ce 18 juin prochain à Alma, le troisième sommet économique du Saguenay-Lac-Saint-Jean de l'époque contemporaine.

Un exercice nécessaire

Au premier tenu à Jonquière en 1984, les représentants des industries de la forêt et de l'aluminium provoquèrent tout un choc en prévenant la région qu'elles ne généreraient plus d'emplois nouveaux malgré les augmentations de production. Le monde entrait dans l'ère de la haute technologie et de la robotisation. La machine remplacerait l'humain dans une multitude de fonctions.

La région a réagi de façon responsable. Avec la contribution du Québec, elle a mis l'accent sur la recherche. Des chaires industrielles ont poussé à l'UQAC et des entreprises ont surgi des laboratoires. Puis les forces du milieu, animées par le professeur émérite et gestionnaire éclairé Adam Lapointe, ont lancé la Société pour la création d'entreprises (Soccrent qui est maintenant intégrée à Pluri-Capital) et les initiatives de développement se sont multipliées.

Après le deuxième sommet tenu à Saint-Félicien en 1991, le CQRDA et son corollaire jeannois, la SVA, ont pris naissance dans un partenariat regroupant l'UQAC, Alcan (intégrée depuis à Rio Tinto), le Cégep de Jonquière et l'équipementier STAS. Des circonstances favorables récupérées par des visionnaires au service de l'intérêt public ont réussi par la suite un exploit olympique en arrachant à Ottawa la décision d'établir, sur le campus universitaire, le Centre des technologies de l'aluminium (CTA).

L'agroalimentaire

Dans le document de consultation bourré de statistiques qui circule depuis quelques semaines, le gouvernement reconnaît les retombées impressionnantes provoquées par le « leadership provincial » pratiqué chez nous « avec la présence d'un créneau d'excellence en transformation d'aluminium. Ce créneau contribue à mobiliser les acteurs régionaux afin de mettre en place un environnement d'affaires profitables, et ce, pour faire émerger et croître les entreprises en transformation de l'aluminium et en fabrication d'équipements spécialisés ». Les recherchistes de l'État établissent à 140 le nombre d'entreprises qui, en transformation de l'aluminium, génèrent 2500 emplois permanents.

C'est l'agroalimentaire qui domine l'activité économique avec 16 000 emplois. Quant à l'industrie forestière, elle a perdu 2000 emplois depuis 2008. Il lui en reste encore 6000. Merci à Greenpeace et à ses complices. La région se sent impuissante devant les négociations avec les autochtones, les campagnes de désinformation et le coût élevé de la fibre utilisée par les 400 entreprises du secteur.

L'espoir pointe cependant à Saguenay « avec sa forte vocation industrielle, son secteur tertiaire particulièrement dynamique, son université, ses deux cégeps, ses nombreux centres de recherche, son centre hospitalier et les nombreuses firmes de génie-conseil. »

Le sommet du 18 juin à Alma doit surtout servir à renforcer ce « pôle nordique » que les prédateurs de l'État commencent à ronger quand ils ne le déménagent pas à la pièce.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer