Notre bas de laine

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Comme le gouvernement du Québec est trop endetté... (PHOTO D'ARCHIVES)

Agrandir

Comme le gouvernement du Québec est trop endetté pour financer les grands projets routiers et autres infrastructures, il puisera simplement l'argent nécessaire dans la Caisse de dépôt et placement.

PHOTO D'ARCHIVES

Bertrand Tremblay
Le Quotidien

(Chicoutimi) Comme le gouvernement du Québec est trop endetté pour financer les grands projets routiers et autres infrastructures, il puisera simplement l'argent nécessaire dans la Caisse de dépôt et placement. Il évitera ainsi la décote tant redouté. C'est comme l'oeuf de Christophe Colomb, il fallait y penser.

Et sans plus de préambule, l'État est passé à l'action dès mardi dernier, le 13 janvier (ne soyons pas superstitieux) en concluant une entente avec sa créature devant une galerie essentiellement montréalaise réjouie d'apprendre que les deux premières réalisations de ce nouveau mécanisme, une filiale de la Caisse baptisée CDPQ Infra, seront intégrées au transport en commun de l'agglomération métropolitaine.

Les deux projets

Il s'agit d'un système sur rail qui circulera sur le nouveau pont Champlain et du train de l'Ouest qui reliera le centre-ville de Montréal et l'aéroport international relocalisé à Dorval après la catastrophe de Mirabel. Quand l'Assemblée nationale aura modifié la mission confiée jusqu'à maintenant à la Caisse, les deux projets estimés à quelque cinq milliards $ quitteront la table de dessin pour devenir une réalité dans un échéancier de cinq ans. Le montant s'ajoutera aux quelque onze milliards $ qui agitent les grands chantiers des infrastructures montréalaises depuis plusieurs années.

C'est la première fois que le bas de laine des Québécois sert à financer des projets du gouvernement. Pris un peu au dépourvu, les médias nationaux approuvent du bout des lèvres. Ils ont peine à partager l'enthousiasme de l'équipe ministérielle et de Michael Sabia, le président et chef de la direction de la Caisse.

Le transport en commun n'est pas une activité rentable. Du moins au Québec. Le sera-t-il davantage avec le nouveau modèle conçu par les spécialistes du gouvernement? Quand M. Sabia soutient que « ces investissements généreront des rendements commerciaux qui aideront à sécuriser la retraite future des Québécois ... en mettant notre expertise au service de l'économie » on s'interroge sur la différence entre la gestion de placements destinés à bonifier nos régimes de retraite et la complexité d'un gigantesque service public soumis aux exigences de la rentabilité et aux pressions opposées des contribuables et des utilisateurs.

Le Stade

On veut bien le croire quand il prédit que « tous en ressortent gagnants », mais pourquoi l'entreprise privée ne mord-t-elle pas à un appât aussi succulent? Jean Drapeau, qui fut un maire visionnaire avec des réalisations fantastiques comme le métro et l'Expo universelle, a également connu ses ratés célèbres comme cette promesse de Jeux olympiques autofinancés. « ... il est aussi impossible pour les Jeux de Montréal, avait-il soutenu, de produire un déficit que pour un homme de devenir enceinte... » On connait la suite avec un Stade qu'on paie toujours et qui n'a pas empêché le déménagement de nos Expos à Washington.

Tout en reconnaissant la justification des deux grands projets confiés à la Caisse de dépôt, le confrère Michel C. Auger, premier analyste politique pour la télévision de Radio-Canada et le Réseau de l'information, s'étonnait, hier matin, aux Coulisses du pouvoir, de la réception plutôt tranquille de cette bombe lancée par le gouvernement, la semaine dernière. Si le Parti québécois avait effectué un tel mouvement, a-t-il expliqué en substance, les libéraux auraient déchiré leurs chemises sur la place publique.

Peut-être, comme le prétendait Stéphane Bédard à la même émission, qu'on fera payer à la Caisse des projets que n'autorise pas la capacité économique du Québec contemporain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer