Les deux Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Régis Labeaume et Denis Coderre... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Régis Labeaume et Denis Coderre

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Bertrand Tremblay
Le Quotidien

(Chicoutimi) Les régions et encore davantage la nôtre sortent amoindries des bouleversements politiques majeurs de la dernière année. La nouvelle machine gouvernementale façonnée et dirigée par des politiciens de la métropole et de la capitale mettra davantage, en 2015, le Québec des régions à contribution dans la guerre au déficit pendant que la quinzaine de milliards de dollars enfouis par Québec et Ottawa dans les infrastructures routières et les grands hôpitaux universitaires placeront encore davantage Montréal et Québec parmi les grands chantiers de la planète.

Certes, le pays des Bleuets est relativement privilégié d'avoir hérité d'un premier ministre, pour la deuxième fois de son histoire, grâce à l'attrait de sa qualité de vie. Philippe Couillard savoure avec son épouse Suzanne Pilote, depuis 2002, le bonheur retrouvé dans l'environnement bucolique de l'Ashuapmushuan.

L'événement de l'année

Mais le chef de l'État n'est pas seulement le représentant d'une circonscription et d'une région. Il est d'abord au service de la nation. Ses députés et ministres ainsi que les roitelets élus à la direction de nos deux plus grandes agglomérations n'hésiteront pas à le lui rappeler au moindre soupçon de favoritisme.

Les gourmands maires Denis Coderre et Régis Labeaume n'ont d'ailleurs pas encore eu l'occasion de manifester leur inquiétude puisqu'après avoir mis le monde municipal dans leur petite poche de chemise, ils puisent à pleines mains dans le trésor public pendant que les régions sont condamnées au régime sec.

C'est même La Presse qui en a fait la constatation dans sa dernière édition de 2014. En qualifiant la tandem Coderre-Labeaume «d'événement de l'année», le quotidien constate «qu'il a complètement changé la donne politique. En plus d'exercer une influence énorme sur les unions et les autres maires, MM. Coderre et Labeaume ont obtenu tout ce qu'ils ont demandé de Québec...»

Le gouvernement aurait voulu faire une réalité du concept des cités-États dont rêve Régis Labeaume qu'il n'aurait pas agi autrement. Le modèle de ces cités-États fut appliqué à Athènes et à Sparte dans la Grèce antique, et à Rome, au Moyen-Âge. L'exploitation des richesses de la nation et de ses tributaires ne servait qu'à la gloire de la grande ville toute puissante et à la vie luxueuse de ses citoyens.

Rappelons l'allusion qu'en a faite le maire de Québec à la présentation, en 2012, du budget annuel municipal. Le monarque de la Capitale nationale avait ainsi dévoilé sa pensée secrète: «Dans le monde, ce ne sont plus des États qui sont en compétition, ce sont les villes. On revient à la vieille notion de cité-État .»

Et après un moment d'hésitation, il avait confié à sa meute de journalistes qui recueillent chacune de ses paroles comme l'édit d'un prophète, la plus extravagante hâblerie de sa carrière: «....moi je compte de moins en moins sur les gouvernements supérieurs pour gérer cette ville-là...»

Quoi? Il ose manifester cette indifférence quand on sait que chaque arrêt d'un de nos deux premiers ministres à l'hôtel de ville de Québec nous coûte collectivement des dizaines de millions de dollars.

Stephen Harper y a laissé pas moins de 75 millions$ la dernière fois pour la peinture du pont de Québec pourvu que le propriétaire, le très florissant Canadien National, fasse sa part. Québec y ajoutera 23,5 millions$.

Est-il superflu de rappeler que notre gouvernement a versé 250 millions$ pour la construction de l'amphithéâtre que les nostalgiques estimaient nécessaire au retour des Nordiques?

Oui, il faut parvenir à l'équilibre budgétaire et réduire la dette publique. L'opération serait plus facile et moins douloureuse si l'État ralentissait le rythme des investissements massifs dans nos deux grandes villes. Mais les lamentations des puissants et de leurs médias sont trop intimidantes...

Bonne et heureuse année 2015 quand même...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer