La victoire de l'amour

Emmanuel Macron et sa femme, Brigitte.... (AFP)

Agrandir

Emmanuel Macron et sa femme, Brigitte.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

Cette différence d'âge qui fait tout un tabac, comme on le dirait là-bas! Au-delà de la campagne présidentielle française, je parle bien sûr de ce qui fait la une à l'échelle mondiale. Le fait que ce nouveau président, Emmanuel Macron, 39 ans, soit marié à cette femme d'âge dite « respectable » de 64 ans. À peine un quart de siècle les séparant, voilà de quoi outrer certains de nos cousins, et officiellement quelques Québécois, semblant ne pas digérer le fait que l'amour soit possible entre ces tourtereaux-des-temps-modernes. Ringards, dépassés ou tout simplement à côté de leurs pompes, ces derniers?

Une chérie plus âgée que son homme, c'est encore un sujet de préoccupation. Cougare, jaguar, guépard ou autres félines, plusieurs cherchent à comprendre ce qui peut bien arriver à cette dernière pour vouloir d'un mec un peu, beaucoup, énormément plus jeune qu'elle. Nombre d'hypothèses priment : besoins de maternage, contrôle, valoriser et rentabiliser une grande expérience de vie, soif de jeunesse, recherche de faire-valoir, alouettes. Ce sont toutes des explications que j'ai entendues.

Et pour monsieur? Qu'est-ce qui peut bien pousser ce dernier à vouloir d'une femme pouvant possiblement avoir le même âge que sa mère? Allons savoir! Recherche d'autonomie, d'affranchissement sexuel, de quête d'amour maternel, de maturité. Certains ont même crié à cette déviance qu'est la gérontophilie. Voyons donc! 

Et si ce n'était que de l'amour, seulement et uniquement? Et si Emmanuel et Brigitte représentaient plus qu'un couple dit « marginal »? S'ils étaient tout simplement de fiers représentants de cet effluve à mille lieues de cette contrainte qu'est l'âge, entre autres? Parce qu'entre vous et moi, à part s'aimer, que font-ils de mal ces deux bougres? Réellement pas grand-chose de plus contraignant que ce Johnny Halliday et sa tendre moitié, que notre Céline adorée et son feu René, que mon cher Jean-Pierre Ferland et sa Julie-Anne. Ce qui est bon pour minou n'est pas censé l'être pour pitou?

Mais l'amour dérange, le saviez-vous? Le bonheur d'autrui aussi, et ce, encore plus s'il est atypique! « Un homme un peu plus vieux, instruit et mieux salarié que sa dulcinée » voici encore l'image de ce couple que la société idéalise. Mais quand la réalité dépasse la fiction donnant comme spectacle deux individus se chérissant au-delà de toutes convictions, effectivement que ça confronte les autres. Du moins, ceux se contentant bien souvent d'un bonheur plus « convenable » aux yeux de tous, mais ô combien moins satisfaisant. 

Je vous entends déjà crier à la liaison du scandale. Qu'il était lycéen, qu'elle était l'enseignante, sous autorité professionnelle, que ce n'était pas correct, acceptable, voire même légal, et sous mon oeil, je vous donnerai raison. Certes qu'aujourd'hui, ça ne serait pas possible. Au diable le passé, que pouvons-nous faire aujourd'hui de cette union datant de 1993 et perdurant depuis des décennies? Plus rien à part de constater que leur histoire d'amour a traversé le temps contre vents et marées.

Bien plus qu'une histoire d'élection, je vois surtout la victoire d'Emmanuel Macron comme étant celle de l'amour. 

Laissons-les s'aimer...




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer