Croire malgré les coups du sort

CHRONIQUE ÉGLISE / Il vous est peut-être déjà arrivé de traverser une période... (Photo 123rf)

Agrandir

Photo 123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

CHRONIQUE ÉGLISE / Il vous est peut-être déjà arrivé de traverser une période de votre vie où tout vous a semblé trop lourd. Les situations négatives, parfois catastrophiques, s'accumulaient l'une après l'autre. Le sort semblait s'acharner sur vous. Et là, vous pensiez : « Quand est-ce que ça va s'arrêter ? Qu'est-ce que j'ai fait au bon Dieu pour que tout ceci m'arrive ? » La tentation est grande de se laisser abattre.

Dans la Bible, nous trouvons un exemple extrême. Job aurait été un homme juste, attentif aux autres, généreux, le genre qui fait la fierté de son Dieu ! L'auteur du livre le met en scène au coeur d'un pari entre Dieu et diable. Pour ce dernier, il est naturel d'être un bon croyant quand on a tout ce qu'il faut pour vivre et que tout semble facile. 

Le Seigneur relève le défi et permet qu'une succession d'événements surgissent dans la vie de Job, jusqu'à le priver de tout. 

Il est abandonné de tous, y compris de sa famille. Il gît sur un tas de fumier. Sa colère est grande et il crie son sentiment d'injustice au Seigneur. 

Ce dernier lui fait comprendre qu'une simple créature n'a pas grand-chose à opposer à l'infini du Créateur.

Voir la touche divine en toute chose

Ce conte mythique montre bien le caractère souvent injuste de la vie humaine. On nous présente des individus parvenus au sommet, en santé, riches et entourés de gens qui les glorifient. Par opposition, nous connaissons tous des hommes et des femmes qui donnent l'impression d'être la figure de Job ! La misère, la maladie, l'exclusion, l'isolement sont le lot de ces personnes qui sont pourtant aussi humaines et aussi dignes que les premières !

Il est si difficile d'apporter une explication à ces injustices. La plupart du temps, on a tendance à rendre ceux qui sont « en bas » de nous responsables de ce qui leur arrive : « On sait bien, quand on les voit vivre, ça ne peut pas tourner autrement ! » Et c'est ainsi, du haut de la pyramide sociale jusqu'en bas.

La pauvreté, la misère et même la maladie n'ont pourtant pas le pouvoir en elles-mêmes de nous rendre malheureux. Pas plus que la discrimination ou l'exclusion ! 

La pauvreté, la misère et même la maladie n'ont pourtant pas le pouvoir en elles-mêmes de nous rendre malheureux. Pas plus que la discrimination ou l'exclusion ! 

En effet, il arrive aussi que nous tombions sur des gens qui n'ont rien, qui semblent vivre marginalement et qui pourtant vous paraissent heureux dès que vous commencez à échanger avec eux. J'ai eu cette grâce, un jour d'été, de grand matin. Un homme mal accoutré passait d'une poubelle à l'autre dans un lieu public. 

Surpris de me voir là si tôt, il le fut d'autant que je lui adressai la parole : « Ce sera une belle journée, n'est-ce pas ? » Et puis, après une bonne heure d'échange, cet homme qui ne possédait rien m'a transmis son bonheur de vivre, un témoignage de simplicité, une foi vivante en Dieu et en l'humain.

Job n'avait rien et pourtant son témoignage était rempli de foi, tout comme cet ange d'un matin d'été. Un tel souvenir me permet d'envisager le long hiver comme un silence plein d'espérance.

Jocelyn Girard

Agent de pastorale




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer