Souvenir des Fêtes

CHRONIQUE / Nostalgique que je suis, j'aime me remémorer les souvenirs de mon... (Archives Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Archives Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steeve Fortin
Le Quotidien

CHRONIQUE / Nostalgique que je suis, j'aime me remémorer les souvenirs de mon enfance typique des années 80. Noël ne faisant pas exception à cette nostalgie, j'ai décidé de vous partager une petite histoire.

Le Noël typique de mon enfance commençait par une sieste vers la fin de l'après-midi. Souvent, je faisais semblant de dormir, car j'étais beaucoup trop excité à l'idée de recevoir le jouet que je désirais depuis si longtemps, ce bidule en plastique qui ornait l'une des dernières pages du catalogue de Noël de Sears ! Ce catalogue, dont je feuilletais les pages tel un moine les saints écrits, était, en quelque sorte, le lien direct entre l'atelier du père Noël et moi. Je me faisais un plaisir, dès le mois d'octobre, de scruter chaque jouet, sa description et parfois même son prix. Je devenais, en l'espace d'un moment, un pseudo spécialiste ludique, l'éminence grise de la babiole !

Le moment où le sapin faisait son entrée dans notre salon était pour moi le déclenchement du compte à rebours dont la finalité ferait enfin de moi le propriétaire de cet objet que je désirais depuis si longtemps. Chaque matin de l'avent, je me dépêchais d'aller voir sous le sapin au cas où, pendant la nuit, de nouvelles boîtes feraient leur apparition. Si l'une d'entre elles avait le malheur de m'être destinée, elle était analysée tel un colis suspect près du Parlement !

Selon le poids et la taille de la boîte, j'étais en mesure de corroborer celle-ci avec une liste préalablement établie avec soin à partir du précieux catalogue de Noël Sears. Se créer autant d'attente amène souvent d'amères déceptions, parlez-en aux partisans des Nordiques !

Après la sieste factice, je m'habillais en propre, un peu d'Old Spice derrière les oreilles question de sentir bon pour les matantes qui me vont donner des becs ! Pour l'occasion, mon père sortait son casque de poil, vous savez celui où vous avez l'air d'avoir un animal mort au complet sur la tête ; malheureusement, j'en avais un semblable. Ma mère et ma soeur, quant à elles, prenaient beaucoup trop de temps à se préparer, mais que voulez-vous, le soir du réveillon, c'est spécial et il faut être beau. Avant de nous rendre chez les grands-parents, nous faisions escale à l'église de Desbiens pour notre rendez-vous annuel avec la messe de Noël dont mes cousines étaient participantes. Cette petite heure, qui me semblait interminable, était un moyen de me perdre à nouveau dans mes pensées où je rêvassais éveillé sur le déroulement de cette soirée.

À notre arrivée l'ambiance était à la fête en raison de quelques déserteurs qui ne sont pas allés à la messe de Noël afin de se réchauffer derrière un petit verre. L'accueil chaleureux de toute la parenté était le prélude à une mémorable soirée ! Comme prévu mes tantes m'accueillaient avec des becs sur les joues et complimentant au passage mon parfum ! Le sapin, orné de ses plus beaux atours, était quant à lui, entouré littéralement d'une mer de cadeaux ! Il y avait de la fébrilité dans l'air, cousins et cousines couraient un peu partout dans la maison tandis que les oncles conversaient de sujets un peu trop sérieux pour l'enfant que j'étais. Mes tantes et ma grand-mère qui décrivaient avec fierté l'abondante quantité de nourriture présente sur la table, un travail colossal ! Les conversations étaient entrecoupées de « Veux-tu une bière ou un fort ? », ce qui, aujourd'hui, me fait réaliser pourquoi certains sortaient éméchés lors de ces soirées !

Minuit !

Le père Noël était interprété avec brio par un oncle, qui faisait son entrée sous les regards émerveillés des plus jeunes tandis que de mon côté j'avais espoir de faire une belle récolte de cadeaux ! Mes espoirs étaient souvent trop grands, ce qui entraînait une amère déception que je parvenais mal à cacher ! Avec le recul, je garde très peu de souvenirs du matériel tandis que j'en garde un excellent de l'ambiance et des gens. Après tout, Noël est un prétexte pour se réunir avec ceux qu'on aime.

Joyeux Noël !

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer