L'argent : un trouble-fête?

L'argent est à la source de bien des... (123RF)

Agrandir

L'argent est à la source de bien des disputes.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

CHRONIQUE ÉGLISE / Hugo est très économe. Il a appris de ses parents qu'il ne fallait pas dépenser inutilement. «Il n'y a pas de mal à être proche de ses sous pour éviter de devoir dépendre des autres», songe-t-il, quand sa conjointe Annie lui reproche de budgéter trop serré et veut le convaincre d'emprunter pour remplacer les vieux appareils ménagers ou pour faire l'achat d'une deuxième voiture.

Annie vient d'une famille plus aisée. Elle avoue n'avoir jamais eu de soucis d'argent, sans vouloir malgré tout le jeter par les fenêtres. Avec deux enfants et des revenus moyens, ils ont fait des concessions de part et d'autre, mais rien n'y fait pour résoudre leur divergence. «Nous sommes trop différents face à l'argent; on n'arrive plus à en discuter calmement et notre relation tourne au vinaigre. Si on ne fait rien que va-t-il advenir de notre amour et de notre couple?»

Argent et sécurité matérielle

Une des sources de conflits dans un couple, c'est la gestion du budget familial. Le rapport à l'argent est d'autant plus problématique qu'il touche directement le besoin fondamental de sécurité matérielle: travailler, se loger, se nourrir, se vêtir, faire des projets et des économies pour assurer le bien-être familial. Le stress et l'anxiété que tout cela engendre augmentent les tensions dans le couple et davantage si l'éducation reçue face à l'argent n'a pas été la même.

Des solutions immédiates et possibles

Est-il pensable que ce couple puisse en arriver à se séparer pour des questions aussi futiles et matérialistes? Il y a d'autres valeurs bien plus primordiales, dirions-nous. On pourra alors leur servir des recettes déjà éprouvées: en faire une responsabilité commune; avoir un compte conjoint établi selon le partage équitable de leur revenu respectif; établir un budget mensuel qui ne laisse pas trop d'imprévus et qui offre quelques marges de manoeuvre; distinguer entre endettement et investissement; s'enquérir d'un planificateur financier qui répondra à leurs questions. Attention surtout! C'est un leurre de croire que tout problème a sa solution et dans la même logique linéaire de penser qu'on peut le régler, sans tenir compte d'un ensemble d'autres facteurs tout aussi problématiques.

Vers un déplacement nécessaire

Le problème de ce couple est ailleurs que dans l'absence de solutions immédiates. N'est-il pas simplement dans l'impasse du «je sais mieux que toi ce qui est bon pour nous deux et la famille.» Dans leur rapport à l'argent, ils opposent leur différence plutôt que de chercher à la conjuguer avec réalisme. Ils réagissent ainsi dans leurs peurs, légitimes ou non, face à l'inconnu et l'incertitude.

En consultation, Hugo a bien vite reconnu: «Je me sens responsable de tout, étant obsédé par la peur de ne pouvoir joindre les deux bouts». Pour sa part, Annie avoue: «Quand je me compare aux autres couples, j'ai l'impression qu'ils vivent au-dessus de leurs moyens sans problèmes. Je les envie de pouvoir se payer tout ce qu'ils veulent. J'ai toujours eu tellement peur de ne pas paraître aussi bien que les autres».

Ainsi, dans l'expression sincère de leurs sentiments, le couple a commencé à se reconnaître et à s'accueillir avec bienveillance sans rien banaliser. Ils ont fait de leurs malentendus un réel espace de dialogue pour s'accompagner et s'entraider. Ils se heurtent encore parfois sur des décisions difficiles à prendre, mais ne font plus de leur rapport à l'argent une source permanente de conflits. Il en va toujours ainsi dans la communication émotionnelle: on ne se bat plus inutilement, il y a beaucoup trop à perdre.

Michel Desbiens, Centre de développement personnel et conjugal, www.cdpec02.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer