Bilan de santé des équipes du diocèse

ÉGLISE / Se parler, se comprendre et se concerter pour mieux vivre notre... (Archives Le Progrès-Dimanche, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Archives Le Progrès-Dimanche, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

ÉGLISE / Se parler, se comprendre et se concerter pour mieux vivre notre engagement! Voilà les mots d'ordre qui sous-tendent les huit colloques pour les Équipes d'animation locale, qui auront lieu au cours des quatre prochains mois dans le diocèse.

Chacune des 48 équipes de laïques, engagés bénévolement pour leur communauté, a vécu un atelier préparatoire au colloque qui se déroulera dans leur Unité pastorale. Elles ont alors effectué un bilan de santé de leur nouvelle existence comme Équipe d'animation locale. Ce bilan leur a permis de réfléchir sur cinq aspects: 1- La compréhension de leur rôle à exercer un leadership d'animation de la communauté et de prise en charge à déployer; 2- Le soutien de leur personne accompagnatrice (issue de l'Équipe pastorale); 3- Les liens avec les autres instances (Conseil pastoral de l'Unité, Assemblée de Fabrique et Équipe pastorale); 4- Les situations, événements ou expériences qui se sont avérés plus difficiles; 5- Ce qui a eu du sens dans leur engagement.

C'est donc avec ce bilan de santé, que les Équipes d'animation locale pourront être en mesure d'identifier quelles seront les pratiques à consolider au cours de la prochaine année, ainsi que les changements ou déplacements qui devront être faits. Déjà, nous sommes en mesure de constater que cette nouvelle instance de prise en charge des communautés chrétiennes, tout en étant porteuse d'avenir, a bel et bien son lot de défis à relever.

Quelques défis:

- Susciter l'engagement des baptisés dans le devenir de leur communauté;

- Découvrir de nouvelles manières pour arriver à se faire proche des réalités et des besoins;

- Offrir un visage d'Église qui ne cherche pas tant à attirer, qu'à «Aller vers..», à la rencontre de toute personne, particulièrement celles qui souffrent;

- Prendre le temps de s'approprier cette nouvelle façon de vivre la pastorale;

- Avoir l'audace de sortir de la zone connue de son engagement.

Lors de ces colloques, nous souhaitons aussi réfléchir sur l'autonomie ou la latitude décisionnelle des Équipes d'animation locale, en raison des responsabilités qui leurs sont confiées. Ainsi donc, de concert avec les autres instances de prise en charge dans l'Unité pastorale, nous avons à cerner de manière concrète qu'elle est la marge de manoeuvre qui peut et qui doit appartenir à ces nouvelles équipes.

Bien sûr, chacune de ces Équipes a son vécu, avec ses hauts et ses bas, ses défis, ses bons coups et ses espérances, mais force est de constater que leur dénominateur commun se retrouve dans ce qui donne sens à leur engagement. La foi profonde qui les habite et la conviction qu'elles ont de contribuer humblement à la transformation du monde, avec le meilleur d'elles-mêmes, goûte bon. Le fait de ne pas être seul et de chercher avec d'autres comment il est possible pour une Église de «se vivre» au coeur du monde demeure essentiel. Et que dire de l'audace dont elles font preuve à s'avancer dans des sentiers parfois inconnus, guider par la Parole et avec, dans le coeur, la joie de marcher à la suite de Jésus-Christ. Courage et détermination, voilà ce que je nous souhaite. Bon colloque à toutes nos Équipes d'animation locale!

Renée Lepage, agente de pastorale, Pour l'équipe des réaménagements pastoraux

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer