Les ressources humaines, un défi

CHRONIQUE ÉGLISE / Dans les derniers articles de cette rubrique, on vous a... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

CHRONIQUE ÉGLISE / Dans les derniers articles de cette rubrique, on vous a entretenu sur le virage important que notre Église diocésaine a entrepris depuis quelques années, afin de s'ajuster aux réalités actuelles. Dans ce virage, nos ressources humaines rémunérées (prêtres, agentes et agents de pastorale laïcs, personnel de bureau et d'entretien) sont des acteurs dans ce changement, tout comme les diacres permanents et les bénévoles engagés au sein des communautés chrétiennes.

Dans chaque Unité pastorale, l'Évêque nomme un prêtre modérateur qui tient office de pasteur pour toutes les paroisses de l'Unité. Il est nommé avec une Équipe pastorale composée d'une personne à la coordination et d'autres permanents.

Mission

Cette équipe participe à l'exercice de la charge pastorale, dans sa triple dimension de gouvernement, d'annonce de la Parole et de célébration des sacrements. Elle veille, avec le prêtre modérateur, à l'apostolicité de la foi dans les communautés chrétiennes, c'est à dire à ce que les communautés demeurent fidèles à la foi reçue des Apôtres. Pour cette raison, l'Équipe pastorale partage la Parole de Dieu et, à sa lumière, veille à ce que toutes les dimensions de la vie chrétienne soient soutenues, animées et vitalisées dans l'ensemble de l'Unité pastorale.

Avec le Conseil pastoral, l'équipe est responsable des orientations du projet pastoral de l'Unité. Elle déploie son mandat spécialement dans l'accompagnement des communautés locales et dans l'animation des services pastoraux d'Unité. Elle se donne un mode de fonctionnement qui vise une répartition équitable des tâches, en tenant compte des besoins des communautés locales ainsi que des charismes et des compétences des membres de l'Équipe.

Pour permettre aux Équipes pastorales d'avoir une pérennité et de ne pas être constamment en roulement ou en manque de personnel, il a fallu réduire le nombre d'Unités pastorales et par le fait même le nombre d'équipes. Certes, les territoires se sont agrandis et, par conséquent, dans la majorité des nouvelles Unités créées, le nombre de permanents est plus important.

Ressources financières

Mais le défi reste grand. La diminution importante des ressources financières des paroisses oblige les milieux à se poser la question: comment maintenir les ressources humaines rémunérées adéquates pour le service de la Mission versus des infrastructures pour répondre aux besoins. Actuellement, quand il y a un départ à la retraite ou pour d'autres raisons, dans la grande majorité des cas on ne le remplace pas, faute de moyens financiers. Ce qui a pour conséquence une diminution importante de nos effectifs. D'ici 2023, nous envisageons une diminution de 45% des effectifs actuels.

Nos nouvelles orientations pastorales veulent donc favoriser la prise en charge de nos communautés chrétiennes par elles-mêmes, par l'engagement bénévole de baptisés. Il s'agit là de la ressource humaine la plus importante en Église. Nous devons continuer à tout mettre en oeuvre pour favoriser cette prise en charge, tout en assurant aux communautés quelques agents pastoraux permanents, prêtres et laïques. Le défi est encore grand: la moisson est abondante et les ouvriers et ouvrières continuent d'être appelés.

Frédéric Plourde, Équipe des réaménagements pastoraux

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer