M'sieur Chose

CHRONIQUE / Trente-trois ans. Plus de trois décennies de fidélité, à entretenir... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Normand Boivin
Le Quotidien

CHRONIQUE / Trente-trois ans. Plus de trois décennies de fidélité, à entretenir une relation (en tout cas pour ma part) exclusive et soudainement, la désillusion.

La femme qui me regarde ne me reconnaît pas, elle doute de mon identité et ne me fait pas confiance.

J'aurais dû m'en douter, car j'en suis en partie grandement responsable. Je l'ai carrément négligée au fil des années, espaçant mes visites au point où elle m'a carrément oublié. Même moi, je pense que je ne l'ai jamais vue.

Toujours est-il que je me présente à ma banque jeudi pour retirer 2000$. D'habitude, je vais au guichet automatique comme on nous l'a répété pendant des années avant de réduire peu à peu les heures d'ouverture de la banque. Au début, j'avais des réticences. Dans ma petite tête de gars de 20 ans à l'époque, je me disais que ces machines, bien que tentantes, finiraient par coûter des jobs. Je me passe encore la même réflexion lorsque je vais sur le site internet de la SAAQ pour renouveler mes immatriculations ou remiser mes véhicules, et j'en ai parlé, l'autre jour, à l'employé de la SAQ lorsque je suis allé chercher la caisse de vin que j'avais commandée sur SAQ.COM.

Bref, à toutes les fois que je parle ou transige avec une machine, j'ai l'impression d'être un mauvais citoyen, car j'ai peur de créer du chômage dans ma région.

Voilà pour mes complexes de culpabilité. Toujours est-il qu'en dépit de mes réserves, j'ai succombé à l'attrait de la machine mais cette fois, je sais que pour une telle somme, il faut se présenter en personne.

Me voilà donc debout dans la file d'attente à 17h15 après avoir quitté le bureau pour m'en aller à la maison à pied, avec dans mes poches mon «kit de survie» minimal quand je me déplace sans ma voiture, à savoir mon cellulaire qui a dans sa pochette ma carte de guichet et une carte de crédit.

«Avez-vous une pièce d'identité?» me demande la caissière gentiment.

«Heu non. Je suis à pied, j'ai mon cel. et une carte de crédit, mais je viens juste de vous donner ma carte de guichet. Ma carte de guichet, c'est ce que ça prend pour faire un retrait d'habitude», dis-je surpris et un peu désemparé. Car à l'heure qu'il est, je vais être cuit si elle refuse de me donner le cash. Et j'ai besoin de cet argent le lendemain matin à 8h30.

«Monsieur, le problème, c'est que je ne reconnais pas votre signature. Elle n'est pas comme ça dans nos dossiers. Il faudrait que je puisse vous identifier.»

«Elle date de quand ma signature? C'est sûr qu'elle a changée depuis le jour où j'ai ouvert mon compte il y a 33 ans, quand j'ai commencé à travailler au journal.»

«Est-ce qu'il y a quelqu'un ici qui peut vous identifier?», me demande-t-elle.

«Demandez au guichet automatique», ais-je envie de lui répondre avec un soupçon d'impatience. C'est avec lui que je transige le plus souvent, comme vous me demandez de le faire. «Non madame, personne ne me connaît ici parce que je ne viens jamais au comptoir des clients», ais-je fini par lui répondre, tout en me creusant le «génie» pour trouver une façon de m'identifier.

Au moment où, en désespoir de cause, j'empoigne mon cellulaire pour lui montrer ma binette sur le site internet du journal, elle finit par me dire qu'à force de regarder ma signature, elle commence à trouver des points de ressemblance et elle accepte de me donner l'argent.

Ouf!

«Mais je vous conseille de revenir avec tous vos papiers et de remettre à jour vos dossiers», conclut-elle, en regardant ma photo de bloc de journaliste.

Et dire que ça fait 33 ans que mes payes sont déposées chaque semaine (aux deux semaines depuis cinq ans), que j'y ai fait deux prêts hypothécaires que j'ai remboursés, des prêts auto, des prêts étudiants et des marges de crédit, mais je reste monsieur Chose parce qu'un jour, on m'a confié à une machine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer