Un manque de respect pour les propriétaires

N'oubliez jamais que pour votre chien, vous êtes... (Archives La Presse)

Agrandir

N'oubliez jamais que pour votre chien, vous êtes son univers. 

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

CHRONIQUE / Pour devenir meilleur, c'est prouvé, les êtres vivants ont besoin d'encouragements. Quelle tristesse de voir rebondir cette phrase ici et là : « Il n'y a pas de mauvais chiens, juste de mauvais maîtres ». Quel manque de respect pour l'humain.

Oui, c'est souvent un manque de connaissance qui cause des accidents, mais comment demander aux humains de devenir meilleurs si, d'un autre côté, on les traite d'incompétents ? De plus, même s'il a eu la meilleure éducation et le meilleur encadrement, personne n'est à l'abri d'avoir un chien vieillissant ou malade qui change et qui devient moins patient. Personne ne peut donner son absolution envers son animal et se blanchir en proclamant une simple expression qui justifie ses compétences.

Pas surprenant que plusieurs histoires d'attaques de chiens restent muettes. Les gens se sentent coupables quand on leur répète qu'ils sont de mauvais maîtres. Ils finissent par délaisser leur animal, rempli de mauvais comportements, en encaissant la faute. Ils tairont même la vérité, rendus au refuge, en se disant que dans une autre famille, leur chien ne sera pas aussi réactif et qu'ils sont simplement de mauvais maîtres... On met alors en danger les futurs adoptants qui se retrouveront avec un chien aux comportements problématiques.

Je vois souvent des « supposés » bons maîtres qui filment des situations complètement absurdes, dont le chien est à un poil de mordre. Tout le monde approuve ce genre de vidéo, publié sur les réseaux sociaux, sans remarquer les signaux du chien. Il y a donc beaucoup d'éducation à faire, car même ces personnes qui proclament qu'il n'y a pas de mauvais chiens, juste de mauvais maîtres, commettent des erreurs dues au manque de connaissance. 

Des éleveurs qui poursuivent la reproduction de chiens complètement fous, en disant que ça prend juste des maîtres doués, n'ont rien d'un éleveur éthique. Des refuges, qui proclament l'euthanasie zéro et qui maintiennent des chiens problématiques des mois de temps en attendant « la bonne famille », n'ont rien de sécuritaire non plus. 

Souvent, les problèmes de comportement d'un chien vont se gérer sans totalement disparaître. Et qui va passer des mois à réhabiliter ces bêtes sans rien demander en retour ? Il faut aussi être conscient des dangers reliés à une possibilité de rechute. Gérer l'environnement deviendra la clé du succès, mais peu de personnes sont dotées des installations et de la patience pour maintenir de façon sécuritaire un chien, toutes races confondues, ayant un potentiel de morsure élevé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer