Le consentement éclairé

Il n'est pas toujours facile de comprendre en... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Il n'est pas toujours facile de comprendre en quoi consiste un consentement libre et éclairé.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

CHRONIQUE / Une agression sexuelle, quand elle se produit, n'a pas toujours les allures d'une scène hollywoodienne présentant une ruelle miteuse, un couteau à la gorge, un fusil sur la tempe, un agresseur aux allures de maniaque, une pauvre femme à la jupe trop courte et des «Non», «Au secours», «À l'aide» hurlés à pleins poumons! Déroulement, disons-le, plus rare que l'on pense.

C'est beaucoup plus subtilement, agilement voire sournoisement que se prépare cet acte que nos instances gouvernementales définissent comme étant un geste à caractère sexuel, avec ou sans contact physique, commis par un individu (homme ou femme) sans le consentement de la personne visée (homme ou femme) ou, dans plusieurs cas, notamment dans celui des enfants, par une manipulation affective ou par du chantage. 

Consentement, comme dans le fait de donner son accord, accepter, donner son approbation. Notion que certains semblent ne pas comprendre s'ils ne sont pas assourdis par un refus de 130 décibels, une affiche digne d'une campagne électorale avec un N-O-N en fluorescent ou encore une réponse physique aussi persuasive que seul Lucian Bute sait offrir! 

Pas toujours évident Myriam, de comprendre un refus, un changement d'idée de dernière minute ou encore une absence de résistance, me direz-vous. À ceci, je me permets d'éclairer vos lanternes en proposant les grandes lignes d'un consentement libre et éclairé à partir des normes offertes par le Centre d'intervention en délinquance sexuelle de Laval (CIDS). 

Tel que mentionné ci-dessus, être consentent, c'est officiellement acquiescer au rapprochement sexuel, mais, en plus d'avoir échangé, mutuellement et réciproquement, avec l'autre sur le déroulement des choses, et ce, en tout temps, même si l'on est à poils dans un lit. D'avoir également clarifié clairement ses attentes, ses désirs et intentions et bien entendu, d'avoir l'âge légal pour le faire (un dossier à venir) représentent également une nécessité. De convenir de faire l'amour avec un individu n'implique pas de l'attacher, l'étrangler ou encore de le sodomiser sans l'avoir préalablement avisé, vous me suivez?

Être libre de ses choix, ça implique plus d'une condition à commencer par le fait de ne pas être dominé, menacé, intimidé, humilié, agressé ou encore contraint. Évident, me direz-vous. Possiblement, sauf qu'il est plus difficile de percevoir certaines manigances plus malignes et subtiles. Je parle également ici d'identifier les jougs de la manipulation, de l'abus de confiance, de pouvoir ou encore d'autorité. Il en va de même dans les cas où le chantage prime accompagné souvent de récompense ou compensation. Un contexte de travail, une quête de promotion, un encadrement d'enseignement illustrent bien cette réalité. Une secrétaire monoparentale cédera peut-être aux pressions de son patron malintentionné pour préserver un salaire qui lui convient à peine. Pourtant, elle ne hurlera pas, feindra peut-être même un sourire et ne se débattra pas. Pourtant...

Finalement, la clarté du consentement, qu'en est-il? Le langage en dit déjà long, un vocabulaire adapté faisant fi de sous-entendus pouvant laisser place aux interprétations est nécessaire. Jouer aux docteurs pour l'un n'implique pas nécessairement la spécialité de la gynécologie pour l'autre, puis-je vous dire à titre d'exemple. De plus, on parle également ici de maturité et de capacités intellectuelles adéquates permettant une bonne compréhension. En dernier lieu, il est primordial de mentionner qu'un consentement clair se fait sans la présence d'intoxication reliée aux drogues, à l'alcool et aux médicaments, et ce, même si vous vous êtes saoulés ou gelés vous-même! 

Ouf, ça en fait des conditions ça! Effectivement, sauf que chacune d'entre elles s'avère cruciale au maintien de la protection de tout un chacun. Comme quoi l'abus sexuel se voit pratiquer plus souvent qu'on le pense. Exit ambiguïtés, une personne avisée en vaut deux, n'est-ce pas?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer