La surprise

L'amour en cinq récits, rédigés selon cinq points de vue distincts. En cette... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

L'amour en cinq récits, rédigés selon cinq points de vue distincts. En cette veille de la Saint-Valentin, cinq personnalités issues de différents milieux partagent en quelques lignes ce que leur inspire la Fête de l'amour : le chroniqueur Joël Martel, le maire de Roberval Guy Larouche, la rédactrice en chef de la tribune culturelle Mauvaise Herbe, Marielle Couture, la directrice du bureau des affaires publiques de l'UQAC, Marie-Karlynn Laflamme, ainsi que le correspondant international Frédérick Lavoie.

Marie-Karlynn Laflamme, directrice des affaires publiques de l'UQAC

CHRONIQUE / C'est dans la moiteur de Cape Cod, une journée d'août mi-pluie mi-soleil, que nous apprenions avec surprise que la famille s'agrandirait sous peu. Invoquer l'effet de surprise dans le cadre d'un processus d'adoption peut paraître étonnant, mais il faut avouer qu'après six ans d'attente et l'entrée de la petite dernière en première année, nous avions choisi d'abdiquer et de rouler notre bosse à titre de quatuor. Partagés entre ce grand bouleversement heureux qu'est celui d'avoir un nouvel enfant et le maintien d'un confort relatif regagné après des années de changement de couches et de biberons, le choix s'est imposé par lui-même quand nous avons ouvert le fichier contenant la photo de notre enfant à venir, donnant le coup d'envoi à une séance d'idéation collective quant au prénom qu'il allait porter.

Ainsi va la vie si bien que six mois plus tard, nous nous engouffrions dans une grande cigogne d'acier jusqu'au jardin où attendait d'être cueilli notre petit chou philippin qui y déployait ses racines depuis déjà plus d'une année. Nous nous sommes ensuite longuement épiés, père et mère d'un côté et bébé à l'opposé, dans une chambre d'hôtel climatisée dont le caractère exigu nous obligeait à nous frôler, brûlant ainsi les étapes d'une nécessaire période d'apprivoisement. L'émotion était certes au rendez-vous, mais l'amour était timide alors que la question de l'attachement semblait préoccuper toutes les parties. Qu'allions-nous faire de ce beau bridé dont les comportements rebelles ne pourraient pas être excusés par la génétique de l'autre, telle était la grande question...

Nous avons finalement ramené notre petit dernier au pays de l'hiver, par une nuit givrée par les 40 degrés sous zéro qu'indiquait le thermomètre, après avoir profité de deux semaines caniculaires sur une île d'Asie. Le choc thermique vécu par bébé n'était qu'une introduction au choc culturel qu'il s'apprêtait sans doute à vivre. Malgré tout, la vie a rapidement repris son cours et une fois introduit aux rigueurs du mois de février, à son frère et sa soeur, à la famille élargie et aux amis, nous l'avons propulsé au centre de notre ouragan familial, le soumettant ainsi à nos horaires impossibles et à nos efforts de discipline inconstants.

Ses petits vêtements se sont ajoutés aux plus grands dans le panier à linge et le plancher de la salle à dîner a retrouvé sa texture douteuse faite de jus renversé et d'aliments collés. Et doucement, un peu plus chaque jour, ce petit être singulier, un peu écorché, gourmand de toute l'attention qui lui est accordée, s'est taillé une place dans nos coeurs, aussi large que tous les kilomètres qui nous séparaient de lui.

À l'instar de mes enfants biologiques, mon petit bonhomme basané est un cadeau de la vie qui m'émeut et m'émerveille chaque seconde de son existence. L'amour que je lui porte est profond, instinctif, maternel. L'amour de son frère et sa soeur teinte leurs éclats de rire comme leurs chicanes. L'amour est familial, rassurant, confortable. En fait, je pense que la force du sentiment est à ce point intense qu'il y a une femme, à l'autre bout du monde, qui sent que l'enfant qu'elle a mis au monde a trouvé une maman qui l'aime comme elle l'aurait aimé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer