Être la mère d'une ado

CHRONIQUE / Nos bébés, nos belles petites filles, on les aime tellement... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

CHRONIQUE / Nos bébés, nos belles petites filles, on les aime tellement n'est-ce pas? J'en ai deux, moi, deux merveilleuses. Je les ai portées, allaitées, bercées, amusées, élevées en y mettant tout mon coeur, mon amour, mais aussi toute mon énergie en me disant qu'en vieillissant, elles auraient moins besoin de moi et, qu'enfin, je pourrai baisser ma garde et me reposer un peu.

C'est bien là que je suis trompée. À minuit moins dix de l'adolescence, je comprends aujourd'hui que malgré le fait que ma plus vieille lève les yeux au ciel à toutes les fois que je lui donne un conseil, soupire face à mes demandes, rouspète contre la Terre entière et se raidit à chaque élan d'affection, elle a encore plus besoin de moi qu'à 18 mois.

Besoin de moi pourquoi, me dirait-elle? Elle est capable de se faire des crêpes, sait quand et comment faire sa toilette, organise ses devoirs seule, a 50$ dans son porte-monnaie et peut même garder sa soeur, mais elle a besoin de moi pour la protéger. Quand j'apprends qu'il y a du recrutement de gang de rue dans ma région supposément trop éloignée pour ce type d'épopée digne des métropoles, des pédophiles qui ne cherchent qu'à s'exciter devant son petit corps en croissance, des maudits fous qui pourraient s'en prendre à elle, l'exploiter ou lui faire du mal, mon instinct de mère voudrait d'abord laisser place à la panique. Mais une fois mon cerveau rafraîchit par deux ou trois bonnes «puffs» d'air, je laisse ma raison prendre place sur mes émotions.

L'adolescence est une période vulnérable pour chaque individu et encore plus pour les jeunes filles d'aujourd'hui n'ayant reçu quasi aucune éducation sexuelle misant sur la confiance en soi, l'affirmation, l'acceptation, les relations égalitaires, le respect au sein du couple et j'en passe. Bien qu'elles soient belles, intelligentes, merveilleuses dans nos yeux de mamans, plusieurs perçoivent chez elle, à tort bien entendu, un paquet de défauts physiques expliqués par une divergence de l'image proposée par l'hypersexualisation prônée par la société. L'impact qu'a ce phénomène chez certaines de nos filles fait en sorte que leur estime personnelle se voit écorchée les rendant ainsi davantage ébranlables. Avec quelques mots doux, de l'attention, divers signes d'amour et de l'argent, ça ne prend pas la tête à Papineau pour «enfirouaper» une adolescente moindrement incertaine sur ce qu'elle est, ce qu'elle veut et ce qu'elle accepte.

Un prédateur dans une école secondaire, c'est comme un lion dans une bergerie. Il n'a qu'une envie en tête, trouver le maillon faible chez sa proie lui permettant d'abord de l'asticoter pour finalement la dévorer. Mon rôle en tant que mère consiste certainement à empêcher ce maillon de s'installer et de s'incruster chez mes filles. Pour se faire, il me faut plus que les renforcer, encourager, valoriser et complimenter. Il me faut être TRÈS présente et TRÈS attentive à ces dernières de façon à ce que je puisse voir, mais aussi corriger, avec de l'aide parfois, ce fameux maillon qui, disons-le, n'arrive pas du jour au lendemain. La relation de confiance est vitale.

L'information joue également un rôle vital! Ne soyons pas dupes. Bien sûr que les adolescentes ont déjà entendu parler de gang de rue, recrutement, prostitution, pédophilie, mais répétez-le encore, et ce, même si elles présentent leur face de mi-carême à force de répétition. De plus, allez au-delà de cette redondance en mettant des mots sur vos craintes, mais aussi en formulant à vos jeunes les raisons pour lesquelles elles sont vulnérables.

La mère-poule en moi voudrait garder ses petites sous sa jupe, mais ce mécanisme de défense ne serait aucunement gagnant, tant pour elles que pour moi. Il me reste à faire confiance en la vie, à leur faire confiance et surtout, à faire juste ce que je peux, du mieux que je peux!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer