Troisième édition de la Course des Fées

La troisième édition de la Course des Fées... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

La troisième édition de la Course des Fées s'est tenue dans les sentiers du Centre plein air Bec-Scie de La Baie.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Environ 250 marcheurs et coureurs ont participé à la Course des Fées, samedi avant-midi, au Centre plein air Bec-Scie de La Baie. La troisième édition de l'événement se déroulait sous une nouvelle formule.

Cette mignonne jeune demoiselle n'a pas manqué les... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

Cette mignonne jeune demoiselle n'a pas manqué les exercices d'échauffement avant la Course des Fées. Comme quoi il n'y a pas d'âge pour faire de l'activité physique.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Reliée au Relais pour la vie au cours des deux dernières années, la Course des Fées a effectué un changement de cap en remettant ses profits à trois causes. Quarante pour cent seront remis à la Fondation sur la pointe des pieds, qui vient en aide aux jeunes touchés par la maladie, un autre quarante pour cent ira au développement et à l'entretien des sentiers du Bec-Scie, et finalement, le vingt pour cent restant sera distribué au Club de trail Vo2, partenaire de la troisième Course des Fées.

Le coordonnateur de l'événement, Jean Duplain, s'attendait à amasser 3500 $. Les participants pouvaient s'inscrire au 1 km (pour les plus jeunes), au 5 km (course ou marche) ou encore au 10 km. Dans ce cas-ci, les coureurs empruntaient un parcours de type single track.

La Course des Fées est née du combat que menait sa soeur Christine contre un cancer des ovaires. Celle qui vit présentement une récidive de la maladie était présente samedi pour marcher le 5 km. L'équipe à laquelle prenait part Mme Duplain au Relais pour la vie se nommait l'équipe des Fées. Si l'édition 2017 n'était pas reliée, les recherches pour le cancer pourraient devenir le principal cheval de bataille en 2018.

«Le cancer des ovaires est très peu connu et ça ne doit pas rester comme ça, a fait remarquer Christine Duplain, qui a toujours une étincelle dans les yeux même si elle doit se battre contre la maladie. C'est un cancer qu'on ne peut toujours pas guérir, d'autant plus que les symptômes sont quasi inexistants. J'avais décidé de débarquer de l'événement l'an dernier mais j'ai pris la décision de revenir. C'est tellement un bel événement, c'est gratuit pour les jeunes de 12 ans et moins et il n'y a pas de chronomètre. Tout le monde est là pour s'amuser.»

Un autre changement vient marquer cette nouvelle édition de la Course des Fées. Auparavant, elle se tenait au printemps, avant d'être devancée à l'automne.

«Au printemps, ça devenait un peu hasardeux dans les sentiers avec le dégel, a expliqué Jean Duplain, faisant remarquer que cette fois, les participants pouvaient profiter des premiers signes de l'automne dans les arbres. Il se désolait toutefois de tenir l'événement en même temps que la Petite randonnée du gros Dickey. M. Duplain entend coordonner le tout afin que la situation ne se reproduise pas l'an prochain.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer