Économie des régions: le PQ veut un électrochoc

Les députés Sylvain Gaudreault (Jonquière), Mireille Jean (Chicoutimi)... (Le Progrès, Michel Tremblay)

Agrandir

Les députés Sylvain Gaudreault (Jonquière), Mireille Jean (Chicoutimi) et Alexandre Cloutier (Lac-Saint-Jean) ont dévoilé les grandes lignes de leurs priorités pour la prochaine année.

Le Progrès, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les trois députés péquistes du Saguenay-Lac-Saint-Jean veulent donner un électrochoc à l'économie régionale. Ils souhaitent décentraliser les pouvoirs du gouvernement et créer un fonds de cinq milliards de dollars pour insuffler une nouvelle énergie.

Mireille Jean (Chicoutimi), Alexandre Cloutier (Lac-Saint-Jean) et Sylvain Gaudreault (Jonquière) ont dévoilé les grandes orientations du Parti québécois à leur 17e congrès, dont certaines idées pourraient se retrouver sur la plate-forme électorale pour l'élection d'octobre 2018.

« Nous devons venir en aide aux régions plus que jamais. Les délégués ont adopté la création d'un fonds de cinq milliards de dollars pour donner une nouvelle énergie à l'économie régionale, tout en misant sur une expertise nationale. Les régions ont perdu de nombreux outils de concertation avec le gouvernement libéral. Il n'y a plus de place pour la vision régionale et c'est ce que nous voulons ramener », précise Alexandre Cloutier.

Celui-ci a précisé que les indicatifs économiques du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont au rouge avec une hausse des ménages à faible revenu et un taux de chômage plus élevé ici que dans la moyenne québécoise.

« Nous voulons contribuer au retour des jeunes en région et aussi inciter l'ensemble des Québécois à s'établir en région. Il y aura une aide aux étudiants étrangers, qui veulent s'établir chez nous, pour qu'ils paient la même chose que les Québécois. Nous voulons le retour du crédit d'impôt de 12 000 $, de même que la mobilité dans les cégeps et la gratuité du troisième enfant dans les CPE », note le député Cloutier.

Sa collègue de Chicoutimi souhaite que le gouvernement puisse en faire davantage pour la vitalité de l'économie régionale et les PME.

« Nous voulons que les délais de paiement de factures des sociétés du gouvernement et des grandes entreprises soient de 60 jours. Actuellement, ça peut prendre 180 jours avant que les paiements soient faits. Nous voulons aussi que la SAQ et Hydro-Québec, notamment, en fassent plus pour encourager l'achat local et que le gouvernement vienne en appui aux PME pour les aider dans l'exportation », soutient Mireille Jean.

De son côté, Sylvain Gaudreault s'attardera au milieu de la santé. En plus de geler la rémunération des médecins, il aimerait décloisonner les professions, afin d'alléger les listes d'attente et permettre certains actes médicaux par d'autres professionnels.

« Nous voulons aussi garantir des soins de première ligne les soirs et les fins de semaine avec les super infirmières et les CLSC. Nous aimerions aussi qu'il puisse y avoir des soins à domicile comme c'est le cas avec Jonquière-Médic. Nous voulons que nos idées et nos préoccupations soient collées à la réalité », indique le député de Jonquière.

«Ville blanche»: les graffitis condamnés

(SB)- Les députés du Parti québécois condamnent unanimement les graffitis haineux affichés pour une cinquième reprise à Saint-Honoré.

Au cours des derniers jours, le maire Bruno Tremblay a déposé une plainte à la Sûreté du Québec après qu'un individu ait écrit «ville blanche» sur une affiche de la localité.

« Je condamne sans réserve ces affiches ou ces graffitis. C'est non négociable », précise M. Gaudreault.

Son collègue du Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier, ne comprend pas ces messages, surtout que la région est reconnue comme accueillante.

« Les gens sont fiers et ont toujours su miser sur la diversité pour construire notre belle région et sous aucune forme, ces gens-là ne représentent la population du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les gens ici sont ouverts et ça s'exprime de toutes sortes de façons », note M. Cloutier.

Mireille Jean abonde dans le même sens. Elle retient le message du Colombien Paolo Almario, récipiendaire d'un prix régional, disant que s'il s'est établi dans la région, c'est en raison de l'accueil des citoyens d'ici.

« Ça fait sept ans qu'il est ici, il a appris le français et il s'est bien intégré à la région. Il a précisé que c'est l'accueil des gens d'ici qui lui a été favorable. Pour nous, les événements de Saint-Honoré ne représentent pas le Saguenay-Lac-Saint-Jean et sa culture d'accueil des nouveaux arrivants », note-t-elle.

Quant à savoir si les élus sont favorables à l'implantation d'un cimetière musulman, Mireille Jean a repris la phrase utilisée par son collègue de Jonquière lors d'une commission parlementaire voulant qu'un cimetière, c'est un cimetière; ce n'est pas très dangereux.

« Pour ce qui est du cimetière, je suis même favorable à ça, mais c'est à la Corporation des cimetières de Chicoutimi de s'entendre pour voir comment ça va se faire techniquement », ajoute le député de Jonquière.

« Le lot des Gaudreault est dans ce cimetière et je vais être très heureux que mes grands-parents puissent côtoyer d'autres sépultures. Je n'ai aucune réserve quant à ce bon voisinage six pieds sous terre et hors terre», a soutenu Sylvain Gaudreault.

Maison d'Alma

D'autre part, Alexandre Cloutier continue d'assurer un suivi serré de l'avenir de la maison Jean-Eudes Bergeron, à Alma, qui héberge des personnes lourdement handicapées.

Même si rien n'est encore coulé dans le ciment, il admet que le dossier chemine et que tout le monde travaille à trouver un financement pour assurer la survie.

« Avec les appuis de la ville d'Alma, de la SHQ et du gouvernement, je crois que ça devrait bien aller. Je vais suivre le dossier de près et il est certain que je ne laisserai jamais les patients quitter cet endroit. Ce serait inhumain », explique M. Cloutier.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer