Les vélos de l'école Saint-Antoine dérobés

Ce sont 29 vélos comme celui-ci qui ont... (Courtoisie)

Agrandir

Ce sont 29 vélos comme celui-ci qui ont été volés il y a quelques semaines, dans une remise de l'école Saint-Antoine, située sur la côte de la Réserve.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les étudiants de l'école Saint-Antoine de Chicoutimi pourraient bien devoir se passer des activités de vélo de montagne cet automne. L'école primaire a été victime d'un important vol au cours des dernières semaines, alors que sa flotte d'une trentaine de vélos a été dérobée dans la plus grande subtilité.

La remise dans laquelle étaient rangés les vélos n'a aucune trace de méfait, ce qui a eu pour effet de n'alimenter aucun soupçon. C'est la Sécurité publique de Saguenay (SPS) qui a fait part de la situation à la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay.

Une plainte a été officiellement déposée aux autorités mercredi.

« Lors d'une perquisition de stupéfiants il y a quelques semaines, on a découvert une quinzaine de casques de vélo, a expliqué le porte-parole de la SPS, Bruno Cormier. On a contacté le vendeur, qui les a reconnus en disant qu'il les avait vendus à l'école Saint-Antoine. On a ensuite contacté l'école et le personnel est allé vérifier dans la remise où les vélos sont entreposés. Ils ont constaté qu'ils s'étaient fait voler leurs vélos et leurs casques. »

Le montant total du larcin avoisine les 15 000 $. Vingt-neuf vélos, d'une valeur unitaire de 520 $, et 24 casques ont disparu. Les vélos n'avaient qu'une seule saison d'utilisation. Le bureau d'enquête est sur le dossier. Bruno Cormier a fait savoir qu'il était dans l'obligation de rester muet sur une partie de l'enquête. Il n'a donc pu confirmer si les policiers et enquêteurs étaient retournés au domicile de la perquisition, où les casques ont été retrouvés.

« Il y a eu un suivi depuis et on enquête, s'est limité à dire le porte-parole. Disons qu'il y a eu du travail. » Il n'a pas été possible de savoir si des techniciens en scène de crime s'étaient rendus sur place.

« Toutes les possibilités sont là présentement, on va fermer les portes une à une », a conclu Bruno Cormier.

Sur la glace

À la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, on déplore ce genre d'événement, d'autant plus que des projets sont en voie de se développer depuis l'arrivée des vélos. La mise sur pied d'un club de vélo de montagne était notamment dans l'air. Pour l'instant, les activités parascolaires et d'éducation physique impliquant les vélos sont sur la glace, le temps de recevoir une réponse des assurances.

« La communauté s'est vraiment impliquée pour nous aider et on a pu compter sur différents commanditaires, a mis en contexte la porte-parole Hélène Aubin. C'était un projet bénéfique pour les jeunes et des familles appréciaient également puisque ça créait une nouvelle activité familiale. » La photo du seul vélo qui n'a pas été volé a été partagée sur les réseaux sociaux. La commission scolaire et la Sécurité publique de Saguenay espèrent que cette façon de faire va faire évoluer le dossier.

Hélène Aubin a indiqué que pour le moment, aucun soupçon n'avait été soulevé. La thèse du vol commis par un membre du personnel, ou à l'aide de sa collaboration, est écartée.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer